De nombreux oiseaux sont insectivores, favoriser leur présence est une forme de biocontrôle.

 

<i>Aphidius</i> sp. observant un puceron © G. Carcassès, SNHF

Certains insectes pondent dans d'autres à la manière de cette micro-guêpe. Ces parasitoïdes sont des auxiliaires très précieux au jardin.

 

Un piège à phéromones permettant d'attirer des adultes du carpocapse des pommes et des poires.

 

Cristaux de Bacillus thuringiensis, un micro-organisme utilisé en lutte biologique.

 

Rubriques transverses

Les macro-organismes

Les insectes constituent probablement les outils de biocontrôle les plus connus. On peut citer en exemple l’utilisation de la coccinelle asiatique Harmonia axyridis, auxiliaire très efficace hélas devenu envahissant. Mais il existe un très grand nombre d’insectes, y compris indigènes, qui vous permettent de réguler les attaques de ravageurs variés.

Que regroupe-t-on dans les macro-organismes ?

Les macro-organismes ne se limitent pas aux insectes : ils incluent également des araignées, des acariens ou des vertébrés comme les oiseaux insectivores, les musaraignes ou les hérissons qui se nourrissent entre autres de limaces et d’escargots.

Ces auxiliaires régulent les populations de ravageurs selon différents mécanismes. Découvrez quelques termes de vocabulaire pour devenir un as de la lutte biologique.

Les macro-organismes prédateurs

Première grande catégorie : les prédateurs. Ils se nourrissent de leur proie et lorsqu'il s'agit de ravageurs,ils rendent alors service au jardinier.

Parasitoïdes, késako ?

Autre mode de vie : les parasitoïdes, des organismes qui se servent ingénieusement d'autres espèces pour se développer et contribuent ainsi à la régulation de nombreux ravageurs.

Les nématodes, des vers parasites

Bien que de taille microscopique, les nématodes ne sont pas à proprement parler des micro-organismes. Il en existe de très nombreuses espèces dont certaines sont utiles au jardin.

Utiliser les macro-organismes au jardin

Les macro-organismes peuvent être attirés ou introduits, découvrez les différentes techniques qui vous permettront de contrôler les ravageurs dans votre jardin.

Règlementation

Contrairement aux autres produits de biocontrôle, les macro-organismes ne sont pas considérés comme des produits de protection des cultures au sens des règlements concernant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques. Ils ne suivent donc pas le parcours habituel des autres produits de protection des cultures et ne sont ni soumis au processus d’approbation de l’Union Européenne ni soumis au dispositif d’Autorisation de Mise sur le Marché. Le décret n°2012-140 du 30/01/2012 réglemente cependant l’introduction de macro-organismes non indigènes utiles en protection des végétaux car ils pourraient nuire à l’environnement. En effet, certaines espèces exotiques se sont révélées invasives après introduction, par exemple la coccinelle asiatique Harmonia axyridis.