De nombreux oiseaux sont insectivores, favoriser leur présence est une forme de biocontrôle.

 

<i>Aphidius</i> sp. observant un puceron © G. Carcassès, SNHF

Certains insectes pondent dans d'autres à la manière de cette micro-guêpe. Ces parasitoïdes sont des auxiliaires très précieux au jardin.

 

Un piège à phéromones permettant d'attirer des adultes du carpocapse des pommes et des poires.

 

Cristaux de Bacillus thuringiensis, un micro-organisme utilisé en lutte biologique.

 

Rubriques transverses

Les médiateurs chimiques

Les organismes vivants produisent un certain nombre de substances fournissant des informations à d’autres organismes et pouvant alors influer sur leur comportement.

Certaines de ces substances ont une action utile pour la protection des plantes, par exemple en repoussant ou en attirant certains ravageurs. C’est une méthode de biocontrôle qui est bien connue dans les vergers où l’utilisation de phéromones est très répandue pour attirer des ravageurs dans des pièges ou perturber leur reproduction.

Différents médiateurs pour communiquer

Les médiateurs chimiques (également appelés sémiochimiques) ne se limitent pas aux phéromones. En effet, les phéromones sont des substances permettant de communiquer des informations au sein de la même espèce.

Certaines substances donnent quant à elles des informations à d’autres espèces, elles interviennent par exemple dans le processus de pollinisation. Celles-ci sont moins utilisées en lutte biologique.

Utiliser les phéromones au jardin

Les phéromones sont facilement disponibles et il en existe de très nombreuses utiles dans la lutte contre des ravageurs. Découvrez ici les différents objectifs du piégeage, des exemples d'applications ainsi que quelques conseils de mise de place.