fleur de poirier copyright v.lebourgeois

 

La meilleure façon
de réduire l'usage
des pesticides 
est de cultiver
la bonne santé
de son jardin.

 

Rubriques transverses

JARDINER AUTREMENT: quoi de neuf?

Conférence Jardiner Autrement à Ris-Orangis

11 Mars 2015

Affiche de la conférenceL'équipe de Jardiner Autrement commence son cycle de conférences dans différentes régions de France. La première a lieu le 28 mars 2015 à Ris-Orangis (Essonne). A l’occasion de l’inauguration d’un aménagement de jardins familiaux de la ville de Ris-Orangis, la Société Nationale d'Horticulture de France (SNHF) et la ville de Ris-Orangis organisent un après-midi de conférences et d'échanges Jardiner Autrement : changeons nos habitudes au jardin.

Au programme :

  • Présentation du plan Ecophyto et du projet Jardiner Autrement
  • Conférence sur "Le jardin potager au naturel"
  • Table ronde réunissant des acteurs de la réduction des produits phytosanitaires en jardinage amateur
  • Visites des jardins familiaux de Ris-Orangis.

Entrée libre sur inscription, nous vous attendons nombreux !

En savoir plus

   

Des leviers pour réduire l'usage des pesticides

05 Mars 2015

Logo EcophytoLe 4 mars 2015 après-midi, deux membres de l'équipe Jardiner Autrement étaient à l'Académie d'Agriculture de France pour assister à l'intervention de Dominique Potier, député de Meurthe-et-Moselle et rédacteur du rapport "Pesticides et agro-écologie - Les champs du possible".

Il a rappelé que deux leviers importants sont à mobiliser pour réduire l'usage des pesticides : les prix de vente des cultures et l'agroéquipement. En effet, le prix élevé du blé et du colza a encouragé la spécialisation des exploitations, ce qui n'est pas favorable à la réduction des produits phytosanitaires. D'autre part, il existe aujourd'hui des pulvérisateurs qui permettent de réduire les doses, mais peu d'exploitations investissent dans ce matériel, notamment en viticulture et polyculture-élevage.

Le député a également souligné que pour réduire les usages, il faut continuer à évaluer les impacts des produits phytosanitaires, particulièrement dans l'air et le sol où il est plus difficile de réaliser des mesures.

Pour finir, il a présenté ses propositions principales pour réduire de 50 % l'usage des produits phytosanitaires d'ici 2025 :

  • Les certificats d'économie de produits phytosanitaires
  • La recherche scientifique, notamment sur les variétés plus tolérantes aux bioagresseurs
  • La diversification des rotations, en imposant un minimum de 4 cultures
  • La régulation du foncier
  • Le financement de la recherche de solutions de protection innovantes pour les cultures mineures (fruits et légumes, cultures tropicales dans les DOM-TOM...).
   

Page 1 sur 45