Suivez-nous !

 

Jardiner Autrement est présent sur Twitter, suivez-nous et soyez informés en direct des actus, des nouveautés du site et des évènements à venir!

 

 

Thelocactus bicolor

 

Echinopsis bruchii

 

Rubriques transverses

Actualités

Une nouvelle plante "hyperaccumulatrice de nickel"

19 Mai 2014

Rinorea sp.Une nouvelle plante nommée Rinorea niccolifera vient de rejoindre les 450 espèces capables d’absorber de grandes quantités de nickel dans leurs tissus. Découverte à l’île de Luzon aux Philippines, une région réputée pour ses sols riches en métaux lourds, cette plante hyperaccumulatrice de nickel pourrait servir au développement de technologies vertes telles que la phytoremédiation et la phytoextraction, utilisées respectivement pour la dépollution des sols contaminés et l’extraction des métaux lourds accumulés dans les plantes.

Appartenant à la famille des Violacées, l’espèce Rinorea niccolifera peut accumuler jusqu’à 18.000 µg/g de nickel dans ses feuilles tout comme Rinorea bengalensis, plus répandue, qui possède une capacité d’absorption sensiblement identique. Aussi, la capacité d’absorption du genre Rinorea (100 à 1000 fois supérieure aux autres plantes) pourrait dans un avenir proche servir à des technologies de décontamination agro-environnementales.

> En savoir plus

   

La télédétection utilisée pour suivre l’état sanitaire des forêts

15 Mai 2014

forêtDes chercheurs de l’INRA et de l’Institut pour le Développement Forestier se sont impliqués dans une collaboration pour le suivi de la dynamique de dépérissement du sapin pectiné (Abies alba) dans les Pyrénées, à partir d’une série temporelle d’images satellitales. Sensible aux changements climatiques, cette espèce connait un fort dépérissement, marqué par une forte altération de l’aspect extérieur de l’arbre, sans pour autant impliquer sa mort.
Afin d’anticiper ces changements dans les peuplements forestiers, les chercheurs étudient le potentiel de la télédétection en vue d’une cartographie des "baisses de vitalité" de ces peuplements. Ils se penchent également sur la complémentarité entre cette information satellitale et une méthode de diagnostic de l’état sanitaire des arbres.
Grâce au travail de ces chercheurs, l’Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique, chargé de mieux comprendre le changement climatique et ses impacts, a pu utiliser des indicateurs de baisse de vitalité des peuplements forestiers, reposant sur des images d’indice de végétation issues d’un capteur spécifique à résolution spatiale de 250 mètres, synthétisées tous les 16 jours. 

> En savoir plus

   

Page 53 sur 267