Suivez-nous !

 

Jardiner Autrement est présent sur Twitter, suivez-nous et soyez informés en direct des actus, des nouveautés du site et des évènements à venir!

 

 

Thelocactus bicolor

 

Echinopsis bruchii

 

Rubriques transverses

Actualités

La télédétection utilisée pour suivre l’état sanitaire des forêts

15 Mai 2014

forêtDes chercheurs de l’INRA et de l’Institut pour le Développement Forestier se sont impliqués dans une collaboration pour le suivi de la dynamique de dépérissement du sapin pectiné (Abies alba) dans les Pyrénées, à partir d’une série temporelle d’images satellitales. Sensible aux changements climatiques, cette espèce connait un fort dépérissement, marqué par une forte altération de l’aspect extérieur de l’arbre, sans pour autant impliquer sa mort.
Afin d’anticiper ces changements dans les peuplements forestiers, les chercheurs étudient le potentiel de la télédétection en vue d’une cartographie des "baisses de vitalité" de ces peuplements. Ils se penchent également sur la complémentarité entre cette information satellitale et une méthode de diagnostic de l’état sanitaire des arbres.
Grâce au travail de ces chercheurs, l’Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique, chargé de mieux comprendre le changement climatique et ses impacts, a pu utiliser des indicateurs de baisse de vitalité des peuplements forestiers, reposant sur des images d’indice de végétation issues d’un capteur spécifique à résolution spatiale de 250 mètres, synthétisées tous les 16 jours. 

> En savoir plus

   

Le gradient de dépendance des cultures à leurs pollinisateurs étudié par plusieurs instituts de recherche

15 Mai 2014

abeille sur fleurBourdons, abeilles solitaires, syrphes, coccinelles, papillons…tous ces pollinisateurs seraient d’une grande importance pour les terres agricoles de l’Hexagone selon une étude des chercheurs du Muséum National d'Histoire Naturelle, du CNRS, de l'Université d'Orléans et de l'INRA. Réalisée sur 54 cultures de l’Hexagone entre 1989 et 2010, elle révèle l’existence d’un gradient de dépendance, reposant sur le calcul du pourcentage de diminution du rendement de ces cultures en l’absence de ces insectes. Ainsi, les céréales s’avèrent être "indépendantes des pollinisateurs", les cultures de pommes, prunes ou courgettes quant à elles en "dépendent beaucoup". L’étude montre que le rendement moyen des cultures "peu ou non dépendantes du service de pollinisation augmente avec l'intensité de l'agriculture (basé sur la rotation, les intrants et la présence d’habitats semi-naturels), et que la variabilité du rendement diminue".

Cependant, concernant les cultures très dépendantes en pollinisateurs, on observe que le rendement moyen "n'augmente pas avec les pratiques agricoles plus intensives et une plus forte variabilité du rendement moyen est observée". Les résultats révèlent "l'impact négatif de l'intensification sur les pollinisateurs et les services qu'ils rendent, ce qui en conséquence limite la productivité des systèmes agricoles".

Les chercheurs soulignent ainsi la nécessité de "développer de nouvelles approches agricoles permettant de maximiser les rendements en se reposant sur les services écosystémiques fournis par la biodiversité, tels que la pollinisation ou le contrôle des ravageurs".

 

> En savoir plus
 

   

Page 53 sur 267