Analyser le sol de son jardin

L’analyse de sol, réalisée par un laboratoire agronomique, apporte des enseignements essentiels au jardinier. De temps à autre, il peut être intéressant d’y recourir dans une démarche d’analyse de la fertilité d’un sol.

Sous le terme générique « analyse de sol », on regroupe plusieurs types d’analyses avec des objectifs et des finalités différents. Il est important de les distinguer et de savoir dans quel cas les utiliser, afin de formuler les bonnes demandes au laboratoire.

Il faut noter que ces analyses, de nature agronomique, n’apporteront pas de réponses sur la qualité sanitaire du sol (présence éventuelle de bioagresseurs susceptibles d’attaquer les racines).

L'analyse chimique

L’analyse chimique du sol permet de déterminer avec précision le contenu du sol en éléments minéraux indispensables à la croissance des plantes.

Fraction soluble dans l’eau et fraction échangeable

Selon la demande formulée auprès du laboratoire, pour les éléments majeurs, azote (N), phosphore (P2O5), potasse (K2O), magnésium (MgO), il est possible de distinguer :

  • la fraction dite « soluble dans l’eau » contenue dans la solution du sol et immédiatement utilisable par la plante,
  • et la fraction dite « échangeable » fixée par le complexe argilo-humique du sol et qui, pour la majeure partie, se libère progressivement dans la solution du sol.

L’analyse chimique du sol permet de déterminer avec précision le contenu du sol en éléments minéraux indispensables à la croissance des plantes.

Caractéristiques du sol

L’analyse chimique renseigne également sur le taux de matières organiques, le pH et la conductivité électrique du sol ,qui indique la charge totale en sels minéraux. Cette dernière information peut être utile dans certaines circonstances : cultures en bord de mer par exemple (sols saumâtres).

En plus des teneurs du sol en éléments majeurs, appelés aussi « macros éléments », il peut être utile de connaître les teneurs du sol en oligo-éléments, notamment : fer, bore, manganèse, cuivre et zinc. La connaissance de ces teneurs permet de prévenir des carences ou à l’inverse d’expliquer des phytotoxicités.

Kits du commerce ou laboratoire ?

Il existe dans le commerce de nombreux kits d’analyse chimique rapide des sols. Ceux-ci peuvent être utiles pour des déterminations de quelques éléments simples, tels que la salinité, le pH ou la teneur en nitrates d’un sol. Au-delà, il est préférable de s’adresser à un laboratoire.

L'analyse physique

L’analyse physique, aussi appelée analyse granulométrique,  renseigne sur la composition du sol et en particulier sur la taille des particules des plus fines, les argiles, jusqu’aux plus grosses, les cailloux.

Classes granulométriques et nature du sol

Les résultats de cette analyse sont exprimés, pour chaque classe de taille des particules, en pourcentage du poids de sol sec. Très souvent cette analyse comporte aussi un dosage du calcaire.

Parmi les résultats, les deux classes dominantes, combinées par ordre décroissant, permettent de nommer la nature du sol. On parlera ainsi  de sol argilo-calcaire, limono-sableux, sablo-limoneux…

Prélèvement d'un échantillon de sol à l'aide d'une tarière.
Prélèvement de sol à l’aide d’une tarière à main.

Capacité de rétention en eau et taux de matière organique

L’analyse physique est particulièrement intéressante pour déterminer la capacité totale de rétention en eau du sol et, au sein de cette capacité, la quantité d’eau effectivement disponible pour la plante.

Elle permettra également de fixer le taux de matières organiques nécessaire pour un maintien correct de la structure, facilitant le travail du sol tout en assurant une bonne fourniture d’eau, d’éléments minéraux et d’air aux plantes.

Ces marques de rouille indiquent un sol périodiquement saturé en eau.
Ces marques de rouille indiquent un sol périodiquement saturé en eau.

Fréquence de l’analyse physique

Sauf bouleversement  particulier, il n’est pas nécessaire de renouveler fréquemment ce type d’analyse. Pour des résultats représentatifs des caractéristiques du sol de votre jardin, veillez à prélever correctement vos échantillons.

Bien prélever son échantillon

Une analyse de sol peut être assez coûteuse et n’est pleinement utile que si elle est réalisée sur un échantillon de sol correctement prélevé et si elle fait l’objet d’ une solide interprétation, le cas échéant assortie de conseils pertinents.

Le mode de prélèvement de l’échantillon du sol à analyser est fondamental. Le but de l’opération est de fournir au laboratoire une partie représentative du sol sur lequel se nourrissent les plantes.

La méthode

Il est nécessaire de réaliser plusieurs points de prélèvements sur une surface de sol considérée comme assez homogène. Selon l’homogénéité apparente, de 10 à 20 points de prélèvements peuvent être souhaitables.

En règle générale, le prélèvement doit se faire sur une profondeur de 30 cm qui constitue la zone majoritairement prospectée par les racines des plantes. La réalisation des prélèvements se fait normalement par « carottage » à la sonde agronomique ; mais il est aussi possible de réaliser ce travail à l’aide d’une bêche en creusant un trou de la profondeur désirée et en prélevant un fine tranche de sol sur toute la hauteur du sol dégagé.

Les diverses quantités de sol ainsi prélevées sont placées dans un récipient, puis correctement mélangées. Du mélange de sol, on extrait environ 500 grammes constituant l’échantillon final qui sera acheminé au laboratoire.

Période de prélèvement

La période de prélèvement au cours de l’année a aussi son importance. En général, les prélèvements en fin d’hiver sont conseillés, avant d’implanter les cultures.

Faites appel à des spécialistes

Interpréter une analyse de sol et en dégager des conseils d’actions pertinentes est une affaire de spécialiste.

Dans un premier temps le laboratoire vous indique, pour les résultats d’analyse et pour chaque élément, comment votre sol se situe par comparaison à des moyennes de référence pour le type de sol proche du votre.

Pour aller plus loin et avoir le conseil personnalisé souhaité, il est nécessaire de dialoguer avec le spécialiste en formulant correctement vos attentes.

Il existe en France un réseau de laboratoires agronomiques agréés publics et privés. Avant de vous lancer dans l’opération, il est indispensable de prendre contact avec le laboratoire choisi qui vous fournira tous les éléments utiles à votre démarche et vous en indiquera le coût.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *