Fourmi transportant une cochenille © CC-BY 2.0 Sam Fraser-Smith

Les mandibules de la fourmi lui permettent de couper des feuilles et de transporter des choses.

 

Charançon © CC-BY 2.0 Adam Khalife

Les pièces buccales des charançons broient leur nourriture. Elles sont très réduites tout au bout de leur rostre.

 

Nymphe d'abeille domestique © CC-BY-SA 3.0 Waugsberg

Les pièces buccales de cette abeille sont déjà visibles lors de la phase nymphale. Elles permettent de lécher le nectar.

 

Détail de la tête d'une mouche © CC-BY-NC-SA 2.0  Reini68

La mouche possède une trompe. Chaque pièce buccale est adaptée pour lécher des substances liquides.

 

Rostre de puceron © CC-BY-SA 3.0 Scott Bauer, Bugwood.org

Le rostre de ce puceron lui permet de percer l'épiderme des végétaux dont il boit la sève.

 

Rubriques transverses

Insectes, associer le dégât au responsable

Les insectes laissent différentes marques sur le végétal. C’est la forme de leur pièces buccales qui va déterminer les dégâts qu’ils vont faire. La façon dont les feuilles sont découpées dirige vers le responsable. Certains découpent les feuilles à l’aide de leurs fortes mandibules, d’autres piquent le végétal pour en boire le contenu.

La tête d’un insecte se compose de plusieurs pièces de carapace spécifiques. Celles qui lui permettent de manger sont appelées pièces buccales. Elles peuvent se classer en trois grands types.

Fonction « broyeur » (au centre du schéma) : Elles permettent de découper et broyer les feuilles. C’est le type de base, il se retrouve chez bon nombre d’insectes avec quelques légères modifications (Coléoptères, Orthoptères, Névroptères, etc).

 

Fonction « lécheur » (Suceur-lécheur et broyeur-lécheur, à droite du schéma) : Ce type de pièces buccales ne perce pas les plantes, les insectes qui les portent ne font en général pas de dégâts aux cultures, elles permettent de boire directement un contenu liquide tel que du nectar. Ce type intermédiaire conserve parfois des mandibules réduites. La trompe des papillons ainsi que celle des mouches font parties de ce groupe, tout comme celle des abeilles.

 

Fonction « piqueur » (Suceur-piqueur, à gauche du schéma) : Il peut percer l’épiderme des plantes et causer des dégâts en consommant la sève des plantes car il permet la perforation, l’aspiration ou l’injection. Ce type est le plus éloigné du modèle broyeur. Il est visible chez les insectes piqueurs comme le moustique ainsi que chez les hémiptères (pucerons, cochenilles, aleurodes…).

 

  • Les puissantes mandubules de cette abeille solitaire coupent les feuilles épaisses pour abriter ses oeufs  © CC-BY 2.0 theangryblender
  • la trompe du papillon s'enroule, elle lui permet de boire le nectar des fleurs © CC-BY 2.0 Melle plante
  • Le rostre de ce puceron se replit sous son corps lorsqu'il se déplace. © CC-BY 2.0 Tobias von der Haar
  • Les aleurodes se nourissent de sève grâce à son rostre. © CC-BY 2.0 USDAgov

 

Plus d'articles...