Maladie des racines et du collet des plantes ligneuses


Différents champignons attaquent le bois. Certains d’entre eux entrent par les blessures aux racines ils sont communément appelés « pourridiés ». Les dépérissements se repèrent souvent par la chute précoce des feuilles des arbres atteints. La tenue aux vents des arbres touchés par ces infections peut être réduite. Le diagnostic précoce peut permettre une taille adaptée au maintien de l’arbre en toute sécurité.

Carte d'identité

Maladie des racines
Armillaria mellea
j f m a m j j a s o n d
racines blessées
mycélium dans le bois en décomposition racines, collet tous
très nombreux arbres fruitiers, forestiers ou d'ornement

Les champignons responsables de ces attaques entrainent le pourrissement des racines qui est parfois observable directement par le décollement de l’écorce au pied de l’arbre.

Les premiers symptômes sont souvent discrets. Le dépérissement commence par atteindre les rameaux les plus jeunes ou proches de la cime. La croissance est ralentie et les feuilles se colorent précocement à l’automne. Vous observerez également que le feuillage semble moins dense en été.

Les champignons qui attaquent les racines des arbres mènent toujours à plus ou moins long terme à la mort de l’arbre.

La dégradation des racines entraine un mauvais approvisionnement en eau de l’arbre qui est l’affaibli.

Un risque indirect réside dans la chute de l’arbre dont le soutien disparait.

Le principal champignon responsable de pourridié est l’armillaire couleur de miel (Armillaria mellea). Son mycélium blanc à bord ondulés formant des éventails se développent entre l’écorce et le bois. C’est un champignon extrêmement fréquent en forêt où il peut se développer sur des végétaux en décomposition. La présence de carpophores d’armillaire couleur de miel alignés au-dessus d’une racine infectée est le caractère déterminant.

Certains autres champignons peuvent être responsables de pourridiés, on peut signaler certains Rosellinia sur mûrier, arbres fruitiers à noyau ou la vigne.

L’observation d’un ralentissement de croissance et de décollements d’écorces ou de cavités dans le tronc peut guider dans le diagnostic d’une attaque de pourridié.

Dégager précautionneusement la base du tronc pour observer si les départs de racines ont une allure saine. Une attaque de pourridié se caractérise par une couleur noire et une texture gluante des racines.

Lorsque les champignons caractéristiques de l’attaque apparaissent, ils permettent de nommer précisément l’agent en cause.

N’enfouissez jamais de bois mort notamment lors de travaux de terrassement de votre jardin.

Tentez, autant que faire se peut, de retirer les racines pourries par ce type de champignon pour ne pas que l’infection se conserve dans le sol.

Évitez les travaux à proximité de vos arbres, les blessures sont des entrées favorables aux champignons.

Évitez l’apport fréquent de fumier de ferme qui est favorable à la germination des spores de d’armillaire.

Ne replantez pas à l’emplacement d’un ancien arbre mort d’une affection racinaire. Si vous y êtes contraint, attendez plusieurs années (ou si vous le pouvez, renouvelez une partie de la terre.)

Aucune mesure de biocontrole n’est connue à ce jour.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention "Emploi Autorisé au Jardin" (EAJ) sur le site e-phy.