Le plan Ecophyto Jardinier amateur

Issu du Grenelle de l’Environnement, dédié à une réduction progressive de l’usage des pesticides en France, le plan Ecophyto concerne tous les lieux et tous les utilisateurs de produits phytosanitaires, qu’il s’agisse d’agriculteurs, d’agents des services espaces verts ou de jardiniers amateurs.

Le Ministère de l’Environnement, le Ministère de l’Agriculture et 11 acteurs principaux du monde du jardinage amateur ont signé le 2 avril 2010, un accord cadre pour accompagner les jardiniers amateurs dans cette démarche.

  • informer,
  • sensibiliser,
  • former aux bonnes pratiques de jardinage.

Les jardiniers amateurs n’ont pas toujours conscience des risques encourus et des conséquences liés à l’utilisation des pesticides pour leur santé ou pour l’environnement. Ainsi, seulement 32% estiment que ces produits sont dangereux, 20 % considèrent même que ces produits sont sans danger (source étude Jardivert 2010, Société Synapse). Informer, sensibiliser et aider les 17 millions de jardiniers amateurs à modifier leurs pratiques est donc un enjeu sanitaire, environnemental et sociétal.

L'accord cadre de 2010

Le Ministère de l’Environnement de l’Energie et de la Mer, le Ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt et 10 acteurs principaux du monde du jardinage amateur ont signé le 2 avril 2010, un accord cadre afin de :

• soutenir l’amélioration des pratiques des jardiniers amateurs visant à réduire l’usage des produits chimiques,

• favoriser et soutenir les démarches permettant d’améliorer la connaissance individuelle des jardiniers, la formation des vendeurs et la connaissance des organismes nuisibles ;

• promouvoir les méthodes alternatives réduisant l’usage des pesticides et favorisant la biodiversité.

Afin de sensibiliser les jardiniers amateurs utilisant des pesticides  (fongicides, herbicides, insecticides, molluscicides) aux risques qu’ils peuvent présenter, le Ministère en charge de l’Ecologie développe depuis mai 2010, une campagne de communication, relayée par ses partenaires. Les zones non agricoles professionnelles (parcs et espaces verts) sont également concernées par le dispositif Ecophyto, une plateforme dédiée étant gérée par l’association Plante & Cité.

Les pesticides utilisés en zones non agricoles appelés encore JEVI pour jardins, espaces verts et infrastructures, représentent 7% (dont 6%  en jardins particuliers) des substances actives phytosanitaires utilisées en France. En 2012, 4500 tonnes ont ainsi été utilisées par les jardiniers amateurs, plus des trois quarts correspondant à des herbicides. On a cependant pu observer une forte diminution des quantités utilisées depuis 2008 (40%) (source UPJ 2012). Mineurs par rapport aux usages agricoles, ils sont employés au plus près de la population et constituent une source de contamination des eaux.

Les signataires de l'accord cadre

L’accord cadre Ecophyto Jardinier amateur rassemble dix des principaux acteurs de la distribution des pesticides et des moyens alternatifs de protection des plantes, ainsi que les plus grandes associations de jardiniers amateurs, soutenus par le Ministère de l’Environnement et le Ministère de l’Agriculture. Cet accord a été signé le 2 avril 2010.

Tous ces acteurs, issus du secteur de la distribution des pesticides et des moyens alternatifs de protection des plantes, ainsi que les plus grandes associations de jardiniers amateurs se mobilisent pour informer, sensibiliser, contribuer au changement de pratiques des jardiniers amateurs afin de développer les méthodes alternatives et réduire progressivement l’usage des pesticides au jardin.

L'avenant Biocontrôle de 2013

Le 12 Avril 2013, les signataires de l’accord-cadre Ecophyto jardiniers amateurs ont signé un avenant Biocontrôle. Par cet acte, professionnels et amateurs des zones non agricoles s’engagent à vulgariser les méthodes de biocontrôle et à promouvoir leur utilisation dans les jardins d’amateurs. Selon les missions de chaque structure, cet engagement se traduira par :

• une promotion de la recherche, du développement et de la mise sur le marché de solutions de biocontrôle,

• une mise à disposition et une information des clients par les distributeurs

• la promotion et l’information par les associations représentant les jardiniers amateurs.