Le purin d’ortie

Le purin d’ortie est réputé pour être un stimulant des plantes. Apporté en arrosage ou en pulvérisation au printemps, il booste la reprise et le développement de nombreux végétaux.

Un purin réussi ne sent pas mauvais. Pour cela, il faut bien le remuer, filtrer méticuleusement (les végétaux restant dans le purin engendrent sa putréfaction) le stocker dans un endroit sombre et frais. Utilisez-le de préférence dans les six mois qui suivent sa fabrication.

Vous pouvez aussi fabriquer de bons purins avec la consoude, riche en potasse, ou la prêle.

Fabriquer du purin

Cueillez des orties non montées en graines.

Hachez-les aux ciseaux et placez-les dans un récipient en évitant les contenants en métal.

Versez environ 10 litres d’eau de pluie pour 1 kilo de feuillage haché.

Remuez tous les jours. Des bulles apparaissent à la surface, signe que la fermentation se fait.

Lorsque la fermentation est terminée (plus de bulles en surface), filtrez soigneusement et stockez votre purin dans des contenants opaques.

Utilisez votre purin au printemps, au démarrage de la végétation, à raison d’un arrosage tous les 15 jours. Pour un arrosoir de 10 litres, mettez 1 litre de purin (10%) et si vous pulvérisez, mettez 25 cl pour 5 litres d’eau (5%).

Protection des plantes, tradition et macération d'ortie

En 2012, le Conseil Scientifique de la SNHF s’est interrogé sur ce qui est aujourd’hui démontré expérimentalement à propos des effets des macérations (communément appelées purin) d’ortie.

Ce dossier, intitulé « Protection des plantes, tradition et macération d’ortie » est le deuxième de la série « Regard du conseil scientifique ». Le premier dossier, paru en 2011, traite du jardinage avec la lune.

Dans ce dossier, J.-L. Bernard, J. My et D. Veschambre se sont interrogés sur l’origine de la recette des macérations d’orties et des mentions faites pour la protection des plantes et ont synthétisés des résultats d’expérimentations. Certaines des expérimentations citées impliquent d’autres macérations mais qui ne font pas l’objet ici d’interprétations.

Concernant les macérations d’ortie (purin d’ortie), aucun résultat scientifique ne permet de conclure à ce jour à un effet positif ou négatif.