Les bulletins de santé du végétal (BSV)

BSVLes observations sanitaires relevées sur le terrain sont synthétisées par les animateurs des réseaux de surveillance biologique du territoire, afin de produire des bulletins de santé du végétal (BSV).

Ces BSV délivrent une information régionale sur la dynamique des bioagresseurs et une estimation des risques phytosanitaires encourus. Cette tendance d’évolution des bioagresseurs à l’échelle d’une petite région est un premier niveau qui doit être ensuite interprété localement.

La fréquence de parution des BSV varie selon les régions, elle peut être d’hebdomadaire à mensuelle. Des flashs d’information peuvent également être produits.

Comment utiliser les BSV ?

Le BSV apporte au jardinier une information utile : en l’informant sur le contexte sanitaire, il l’incite à observer son jardin et donc à anticiper et raisonner ses propres stratégies de protection des végétaux (choix de variétés résistantes, pose de voiles anti-insectes à la bonne période…).

Préconisations (mesures préventives, prophylactiques, de biocontrôle…)

Aucun BSV ne fait référence à des préconisations de traitement ou de produits, pour ne pas inciter à utiliser des pesticides. Ils peuvent cependant proposer des méthodes alternatives.

Les mesures préventives et prophylactiques ainsi que de biocontrôle au jardin sont accessibles à tous dans la rubrique Fiches techniques du site Jardiner autrement.

Où trouver les BSV ?

Tous les BSV sont publiés sur le site Jardiner Autrement.

Ils sont également répertoriés sur le site du ministère en charge de l’Agriculture, qui renvoie sur les sites web régionaux des Directions régionales de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF). Certains sites des DRAAF proposent de s’inscrire pour recevoir les BSV par e-mail. Ceux-ci sont également consultables sur les sites des Chambres Régionales d’Agriculture.

A ce jour, le réseau d’épidémiosurveillance est en cours de mise en place pour les jardins. Peu de régions proposent encore des BSV avec une partie « jardins d’amateurs » mais la plupart éditent un bulletin « zones non agricoles » où les jardiniers peuvent trouver des informations intéressantes.