Les différents types de plantes spontanées

Un élément prioritaire de réussite de ses plantations consiste à choisir des végétaux dont les besoins correspondent au lieu où on souhaite les installer et réciproquement. Le bon choix de l’espèce et la variété, ainsi que de la période de plantation, favorisent le développement des végétaux.

Mais les plantes n’ont pas toutes la même durée de vie, certaines sont pérennes, d’autres réalisent leur cycle de vie en quelques mois, voire quelques semaines.

Petit inventaire des types de plantes rencontrées dans les jardins ou ailleurs.

Les plantes annuelles

Une plante annuelle est une plante qui réalise son cycle végétatif – de la germination à la mort – en une moins d’un an. Les annuelles passent la mauvaise saison exclusivement sous forme de graines.

Quelques annuelles : séneçon commun, pâturin annuel, épilobe à petites fleurs, coquelicot, capselle bourse-à-pasteur, mouron des oiseaux, chénopode blanc…

Les bisannuelles

Une bisannuelle réalise la première partie de son cycle végétatif lors de sa première année, survit à la mauvaise saison grâce à des bourgeons situés au ras du sol, puis termine son cycle la deuxième année.

Quelques bisannuelles : carotte sauvage, panais sauvage, onagre bisannuelle, digitale pourpre…

Les plantes vivaces

Les plantes vivant plus de deux ans sont nommées pluriannuelles ou vivaces.  Elles se reproduisent par graines ou bien par multiplication végétative. L’organe de survie lors de la mauvaise saison peut être un bulbe, des racines contenant des réserves, des tubercules, des rhizomes, une souche


Quelques vivaces : pissenlit, chardon des champs, prêle des champs, chiendent rampant, pâquerette, liserons, plantains…

Les plantes ligneuses (arbres, arbustes…) peuvent aussi être des adventices (semis spontanés de frênes, érables…).

Monocotylédones et dicotylédones

Les monocotylédones sont des plantes à fleur dont la graine ne forme qu’un seul cotylédon, par opposition aux dicotylédones dont la graine en forme deux.

Les premières se reconnaissent grâce à certaines caractéristiques dont les plus visibles sont que leurs feuilles ne sont jamais composées (elles n’ont pas plusieurs folioles et ont, sauf rares exceptions, des nervures parallèles). Les poacées (ou graminées), orchidées,  alliacées, palmiers ou encore le bananier (genre Musa) sont des monocotylédones (bien que ces deux derniers présentent un port arborescent).


Cette notion est importante à retenir dans le cas où un désherbage chimique sélectif s’avérait nécessaire car il s’agit d’un critère de choix déterminant du désherbant à utiliser, certains produits sélectionnant spécifiquement l’un ou l’autre.

Les plantes messicoles et rédurales

Les messicoles sont généralement des plantes annuelles (plus rarement vivaces) qui vivent préférentiellement dans les cultures qui sont moissonnées. Il s’agit par exemple des coquelicots, bleuets… Ces plantes se sont adaptées aux travaux agricoles et profitent des soins apportés aux plantes cultivées. L’essor des pesticides de synthèse après la seconde guerre mondiale ont fait régresser leur population de manière très importante.

Les rudérales sont des plantes qui s’épanouissent dans les milieux perturbés, fortement influencés par l’homme (décombres, terrains vagues…). Il s’agit par exemple des orties, vergerettes, buddleias, séneçons, renouées…

Belle plante messicole, le miroir de Vénus est devenu rare. © G.Carcassès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *