Des fourmis “moissonneuses” mises à contribution pour la restauration écologique

La plaine de la Crau, située dans les Bouches-du-Rhône entre Arles, Salon-de-Provence et Fos-sur-Mer, est l’unique steppe d’Europe occidentale. Elle abrite des espèces animales très rares comme le lézard ocellé, menacé d’extinction en France. Thierry Dutoit, écologue et directeur de recherche au CNRS insiste sur la nécessité de préserver la surface restante, à savoir 10000ha.


La fourmi moissonneuse, Messor barbarus, est actuellement utilisée dans deux terrains expérimentaux : une zone de 357 ha, où était récemment planté un verger, et une zone de 5 ha, polluée en 2009 par 4.500 m³ de pétrole brut. Utilisée pour son pouvoir de dispersion de graines, car permettant de semer des graines sur son passage et parcourant de grandes distances quotidiennement, cette fourmi a été mise à contribution à l’automne 2011 par introduction d’une centaine de reines fécondées. 40% des reines fondatrices ont survécu et permis l’apparition de fourmilières viables et ainsi des premières ouvrières. Ces fourmilières devraient compter d’ici 1 ou 2 ans 8000 à 20000 fourmis, contribuant ainsi à l’accroissement des espèces végétales présentes et à donc à la restauration de la plaine.

Pour en savoir plus : Site du CNRS : Institut d'(écologie et environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.