Jardiner Autrement

Lutter contre la pyrale du buis

Vos buis jaunissent et les feuilles sont grignotées?

Au printemps et durant l’été ces symptômes, associés à la présence de petites chenilles vertes et à des toiles tissées dans le feuillage indiquent la présence de la pyrale du buis.

La pyrale du buis est un papillon nocturne qui pond sur les feuilles de l’arbuste. Les chenilles qui en sortent dévorent les feuilles. Le buisson est défeuillé en quelques jours.

Une fois la chenille décelée, il faut agir rapidement!

Pyrale
Pyrale du buis au stade chenille (© G. Carcassès)

Vous venez de découvrir une attaque de pyrale sur vos buis

Traiter les buis à l’aide du Bacillus thuringiensis

Le Bacillus est une bactérie qui produit une toxine mortelle pour les chenilles.

Pulvérisez le Bacillus thuringiensis sur le buis dès l’apparition des chenilles. Traiter le soir de préférence car cette bactérie est sensible au soleil Le produit est d’autant plus efficace qu’il est appliqué lorsque les chenilles sont jeunes (moins de 3 cm).

Améliorer la protection de vos buis après une attaque

Enlever les pyrales manuellement l’étape fondamentale

Les chenilles et les chrysalides ne sont pas urticantes et ne présentent aucun danger pour l’homme. On peut les enlever à la main et les tuer. De même que les cocons dans lesquels les chenilles passent l’hiver.

Les œufs de la pyrale parasités par un insecte

Des trichogrammes (très petites guêpes) sont vendus pour lutter contre la pyrale. Dès les premiers papillons capturés par les pièges, installez des diffuseurs contenant les trichogrammes, ces micro-guêpes pondront dans les œufs de la pyrale qui n’écloront pas.

Une prédation occasionnelle

Les chauves-souris peuvent aider à la régulation du nombre de papillon (forme adulte) de la pyrale du buis. Les moineaux et les mésanges peuvent participer à la régulation du nombre de chenilles.

Installez des nichoirs ou des abris en hauteur afin d’aider ces animaux utiles.

La pyrale accumule des toxines provenant du buis. Elle n’est donc pas le met préféré de ces prédateurs mais il semblerait qu’ils commencent à s’y habituer…

Moineau sur un buisson de buis consommant la chenille de la pyrale (© Jamard Hervé)

Pour limiter l’incidence de la pyrale

La détection l’étape fondamentale de la lutte 

À partir du printemps, dès les premières invasions ou en préventif dans les régions touchées.

Principe : piéger les papillons  grâce aux phéromones. On peut ainsi prévoir la ponte puis la présence de chenilles dans les jours suivants et adapter les dates de traitement.

Pyrale du buis stade papillon (© IKAL)
piège à phéromone © Parisette
Buissons d’Ifs au parc de Sceaux (© R. Buffe)

Remplacer ses buis

Les buis peuvent aussi être attaqués par des champignons. S’ils sont trop touchés par les bioagresseurs, on peut les remplacer par d’autres végétaux à l’aspect proche, comme le houx crénelé, l’if  ou encore le chèvrefeuille à feuille de buis.

Pour en savoir plus

La pyrale du buis est originaire d’Asie. Elle a été introduite accidentellement en France en 2008. Depuis, elle a colonisé une grande partie du territoire français.

Les parasites et prédateurs qui régulent sa présence en Asie ne sont pas présents en Europe, c’est pourquoi son expansion est si rapide.

Des études scientifiques en cours

SaveBuxus est un programme de recherche de solutions de biocontrôle pour lutter contre la pyrale du buis. Les jardiniers ont pu participer à ce programme en envoyant les pontes récoltées sur les buis infestés afin de rechercher de nouveaux parasitoïdes de la pyrale présents en France.