Le rôle des jardiniers amateurs dans le programme Ecophyto

Le plan Écophyto 2018 s’est donné comme objectif de réduire de 50 %, si possible, les pesticides d’ici 2018.

 

Tout le monde est concerné par Écophyto 2018. On compte 17 millions de Français qui disposent d’un jardin, parmi lesquels 75 % jardinent. Mais en plus, tout le monde peut avoir une fenêtre et une jardinière. Les jardins font partie des zones non agricoles (ZNA). En 2009, la quantité de pesticides utilisée pour ces ZNA a été de 5 000 tonnes, dont 3 800 tonnes pour les seuls jardiniers amateurs. Certes, cet usage est faible en valeur absolue (5 % du total des pesticides utilisés), mais il représente cependant un risque, compte tenu de l’environnement urbain, de l’exposition de l’utilisateur et de la faible conscience des dangers de la part des jardiniers.

Objectif eau propre

Un des premiers problèmes à considérer est la pollution des eaux. La situation est inquiétante. En France métropolitaine, en 2007, des pesticides ont été détectés dans 91 % des points de mesure ESU (eaux de surface) et dans 59 % des points de mesure ESO (eaux souterraines). Rappelons que les désherbants, s’ils sont utilisés sur des surfaces imperméables, sont entraînés par les eaux de ruissellement. La pollution a des conséquences sur la qualité de l’eau et sur les organismes aquatiques.

En France, 41 % des masses d’eau souterraines (et 21 % des eaux de surface) ne présentent pas un bon état chimique et risquent de ne pas atteindre l’objectif d’une bonne qualité des eaux fixé en 2015. Notons que l’utilisation de pesticides peut avoir bien d’autres conséquences : la destruction d’espèces, l’apparition de parasites résistants, la diminution de la fertilité des sols, la pollution de l’air quand le produit n’atteint pas sa cible…Un objectif et des moyens

Le plan Écophyto 2018, qui a pour objectif de réduire l’usage des pesticides de 50 % d’ici 2018, a été rendu public le 10 septembre 2008. Il comporte neuf axes opérationnels dont l’axe 7 dédié aux ZNA (zones non agricoles). Le financement du plan Écophyto 2018 est assuré par la redevance pour pollution diffuse. En marge de ce plan de réduction des produits phytosanitaires, 53 substances ont été retirées du marché pour des critères de danger. Autre point important, depuis le 31 mai 2011, les traitements par avion sont interdits, sauf dérogation.

Deux axes du plan concernent plus particulièrement les jardiniers amateurs : l’axe 5 consacré à la surveillance des bioagresseurs et l’axe 7 consacré à la réduction des pesticides en zone non agricole.

Concernant la réduction des pesticides dans les jardins (axe 7), des partenariats ont été mis en place avec les signataires de l’accord-cadre relatif à l’usage des pesticides par les jardiniers amateurs. Ce sont notamment la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), l’Union pour la Protection des Jardins (UPJ), Jardinot, Jardiniers de France, Noé Conservation, la Fédération nationale des jardins collectifs et familiaux… 100 000 à 200 000 jardiniers sont ainsi visés par ces associations.

Les amateurs sont également invités à participer à la surveillance biologique du territoire à travers le développement de l’épidémiosurveillance dans les jardins. Cette action s’appuie déjà sur la SNHF et sur les associations. Il s’agit d’identifier et de signaler l’existence d’un certain nombre de bioagresseurs (organismes préoccupants, émergents ou réglementés).

Changer les mentalités

Le grand public doit être mieux formé et informé pour faire changer les mentalités et inciter à un jardinage plus naturel. Au niveau des villes, le programme Acceptaflore a été développé par Plante & Cité dans l’objectif de faire accepter la flore spontanée dans les villes. Dans le même cadre, deux sites Internet ont été créés pour appuyer les utilisateurs potentiels de pesticides : l’un est destiné aux professionnels (www.ecophytozna-pro.fr) et l’autre aux amateurs (www.jardiner-autrement.fr).

Développée en partenariat avec la SNHF en 2010, la plate-forme nationale d’information et d’échanges dédiée aux jardiniers amateurs a ouvert en février 2011. Elle présente les méthodes alternatives à l’usage des pesticides, des fiches techniques, un forum d’échanges… Le concours “Jardiner autrement, réduisons l’usage des pesticides” récompense chaque année les bonnes pratiques des jardiniers.

Nous avons besoin de la contribution de tous pour diffuser l’information et faire changer les mentalités… Et pour aller à la rencontre des jardiniers, des associations et des acteurs concernés par l’objectif d’Écophyto 2018, 15 conférences ont été organisées par la SNHF en 2011-2012, 7 en 2013 et d’autres sont à venir. Cette rubrique présente une sélection des interventions réalisées au cours de celles-ci.

 

Dominique Poujeaux

Ministère de l’Ecologie. Chargé de mission Pesticides au Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *