Ail – Pourriture blanche


La pourriture blanche est une maladie cryptogamique causée par le champignon Sclerotium cepivorum. Les sclérotes formés par ce champignon peuvent se conserver plusieurs années dans le sol. Les échalotes ainsi que les oignons peuvent aussi être atteints par la maladie.

Carte d'identité

Ail pourriture blanche (c) Bruce Watt, University of Maine, Bugwood.org
Sclerotium cepivorum
j f m a m j j a s o n d
17°C à 20°C dans un sol gorgé d'eau
sclérote dans le sol racines, bulbes tous
oignons, échalotes, poireaux

La maladie se manifeste sur les parties souterraines des plantes (bulbes et racines) par une pourriture molle des tissus.

Rapidement après la plantation, au printemps et jusqu’à la récolte, les bulbes et les racines pourrissent. Les feuilles les plus anciennes jaunissent de l’extrémité vers la base et se courbent vers le bas. Les bulbes se couvrent d’un mycélium blanc pur et éventuellement de sclérotes noirs. La perte des racines rend la plante très facile à arracher.

Après récolte, en conservation, les bulbes peuvent pourrir, suite à des attaques discrètes qui ne se sont pas manifestées pendant la culture ou lors de la récolte.

La perte de récoltes associées à ce champignon résulte de la limitation du grossissement du bulbe et des risques de pourritures en culture ou en conservation. Elle peut concerner l’ensemble de la récolte. Le champignon peut attaquer les aulx ornementaux, il en résulte des pertes de qualités esthétiques pouvant dégrader un massif.

Les sclérotes noirs d’un demi-millimètre de diamètre germent en présence des racines d’une plante sensible dans le sol à proximité de celles-ci. D’après la littérature, ils reconnaîtraient les composés soufrés émis par les alliacées dans le sol.

Un filament mycélien issu de ces sclérotes peut infecter directement l’ail, l’échalote ou les oignons à la surface du sol surtout si les feuilles extérieures sont blessées. En conditions du milieu favorables, l’infection des racines par le champignon se fait à des températures comprises entre 10 et 24 °C avec un optimum de 18 °C. Selon les régions cette maladie peut sévir de la fin du printemps au début de l’automne. Les sclérotes libèrent les spores qui infectent alors les racines et les bulbes avoisinants.

Les sclérotes qui apparaissent dans le mycélium du champignon constituent la forme de conservation du champignon. Ils sont capables de survivre sous cette forme dans les couches superficielles du sol pendant plus de dix ans.

Peu de risques de confusion existent avec d’autres maladies de l’ail. Observez les signes d’affaiblissement des plantes (jaunissement prématuré des feuilles les plus anciennes) et grattez le sol jusqu’aux bulbes pour vérification si nécessaire.

Choisissez des variétés plus tolérantes en demandant conseil à votre revendeur (surtout pour les oignons).

Éviter la répétition de la culture d’ail sur la même zone pendant plusieurs années consécutives, respecter une période de 5 ans entre deux plantations. l’échalote et l’oignon sont aussi des plantes sensibles, elles seront aussi retirées de la rotation pour les terrains infectés.

Diminuez la densité de plantation pour limiter l’extension de la maladie de plante à plante.

Arrachez et détruire les plantes contaminées dès que possible.

Travaillez le sol pour permettre un drainage efficace, avec éventuellement de petites buttes (billons), surtout en sol argileux.

Limitez les fumures (composts et fumiers) fraiches et les excès d’azote.

La solarisation permet de stériliser le sol avant l’implantation d’une culture sur un sol sensible. Elle consiste à recouvrir le sol d’une bâche opaque noire pendant l’été pour faire monter la température de la terre en dessous et éliminer certains bioagresseur.

Aucune mesure de biocontrôle n’est disponible à ce jour.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention “Emploi Autorisé au Jardin” (EAJ) sur le site e-phy.