Buis – Cylindrocladium


Le dépérissement des feuilles et rameaux du buis (Cylindrocladium buxicola) est une maladie cryptogamique récemment arrivée en France. Elle est l’une des principales causes de dépérissement des feuilles et rameaux du buis.

Carte d'identité

Cylindrocladium buxicola (c) Fredon Aquitaine
Cylindrocladium buxicola
j f m a m j j a s o n d
températures autour de 25°C, eau liquide
spores résistantes feuillage, tige tous

Cylindroclodium buisLe champignon attaque les feuilles et les tiges du buis. Des taches claires se forment sur les jeunes feuilles, elles sont entourées de tissus de couleur brun rougeâtre. Des taches plus foncées, qui fusionnent lors de l’évolution de la maladie, se forment sur les feuilles plus âgées. Les feuilles finissent par se dessécher complètement et tombent.

Sur les tiges malades, des stries longitudinales de couleur brun foncé à noires se forment sur l’écorce. Dans des conditions d’humidité élevée apparaît aussi un mycélium blanc sur ces stries. De fortes attaques peuvent causer le dépérissement des rameaux.

Perte de qualités esthétiques

  • Le dépérissement des feuilles et des rameaux cause la mort de la plante.

Dans des conditions d’humidité élevée, un mycélium blanc contenant les spores  se forme sur la face inférieure des feuilles atteintes. Les spores cylindriques sont responsables de la dissémination de la maladie.

La température optimale pour la croissance de C. buxicola est 25 °C, la croissance s’arrête en dessous de 5 °C et au-dessus de 30 °C.

Une période de sept jours à 33  °C provoque normalement la mort du champignon, mais même pendant des étés très chauds, de telles conditions n’existent pas au jardin et on ne peut donc pas compter sur une disparition naturelle de C. buxicola.

Le champignon a besoin d’un film d’eau à la surface de la feuille présent pendant 5 à 7 heures pour déclencher l’infection. Dans les débris de plantes malades, l’agent pathogène forme des spores résistantes, qui peuvent survivre plusieurs années dans le sol.

Volutella buxi, un autre champignon, occasionne également des dépérissements foliaires et des dégâts sur les rameaux. Dans ce cas, les taches sont jaunes à brun foncé et localisées uniquement sur la face supérieure des feuilles. De plus lorsque le champignon apparait, la fructification de C. buxicola est blanche et duveteuse alors que celle de V. buxi est orange grumeleuse.

Les dépérissements physiologiques liés au manque d’eau ou à l’excès de soleil notamment après une taille peuvent faire penser à une attaque fongique mais aucune fructification n’apparait dans ce cas. Un arrosage favorisant une repousse rapide peut régler la situation.

Veillez à l’aération de la plante.

Tailler les tiges et feuilles malades, les brûler, ne surtout pas composter en raison du risque de contamination par les spores végétatives.

Désinfectez des outils de taille.

Évitez de mouiller les feuilles.

Quand cela est possible préférer l’irrigation localisée au pied des plantes.

Utilisez du matériel de plantation sain.  Dans certains cimetières, le règlement interdit  la plantation de buis aux particuliers.

Évitez des variétés sensibles (Buxus sempervirens’Suffruticosa’).

Il est possible de se procurer une liste de cultivars réputés moins sensibles à la maladie.

Aucune mesure de biocontrôle n’est connue à ce jour.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention “Emploi Autorisé au Jardin” (EAJ) sur le site e-phy.