Dahlia – Puceron noir


Cette espèce de puceron est l’une des plus polyphages, en effet elle peut se retrouver sur plus de 200 espèces de plantes.

Carte d'identité

Pucerons noirs sur dahlia (c) L. Derail
Aphis fabae
j f m a m j j a s o n d
oeufs d'hiver jeunes pousses tous
famille des fabacées, ainsi que pomme de terre, carotte, artichaut, tabac ...

Les symptômes et dégâts sont ceux rencontrés pour toutes les espèces de pucerons. Les insectes affaiblissent les végétaux en se nourrissant de la sève et entraînent l’apparition secondaire de fumagines par la production de miellat sucré.

Dans le cas du dahlia, le risque de transmission de viroses est également élevé.

Les dégâts peuvent être potentiellement graves. En effet, les grandes colonies de pucerons s’attaquant aux boutons floraux peuvent perturber leur développement.

Les femelles aptères mesurent 1,5 à 2,9 mm de long et sont noires à brun noirâtre, présentant souvent des taches de cire blanchâtres sur l’abdomen. Les antennes sont plus courtes que le corps.

Les adultes ailés mesurent 1,8 à 2,7 mm de long et sont de couleur noire, avec des points de cire blanche bien visibles.

Les œufs d’hiver permettant le passage de la mauvaise saison se trouvent sur le Fusain. Cette plante est appelée hôte primaire. Les larves se développent sur cette plante avant d’aller coloniser les hôtes secondaires. Ces hôtes secondaires très variés comptent des plantes potagères ou ornementales.

Les premiers arrivants sur dahlia sont ailés. Les générations suivantes sont issues de la parthénogénèse. Ce mode de reproduction permet une très forte pullulation, qui dure environ 6 semaines. Il n’y a alors plus que des femelles présentes sur les plantes. A l’arrivée de l’automne ou lorsque la colonie est trop développée des individus ailés réapparaissent. La reproduction sexuée se produit à l’automne permettant l’apparition des œufs. Dans les climats doux, certains adultes peuvent survivre à l’hiver.

Le puceron noir se reconnait facilement aux grandes colonies qu’ils forment sous les boutons floraux ou sous les bourgeons.

Il est souhaitable d’éviter de planter un fusain à proximité d’espèce hôtes du puceron noir. L’hôte primaire est indispensable au démarrage de la population au printemps.

Favoriser l’installation des auxiliaires consommateurs de pucerons (coccinelles, chrysopes, syrphes, punaises…) par la présence de plantes hôtes des insectes (plantes fleuries productrices de pollen : phacélie, orties…).

Utiliser des plantes piège (capucines,centaurées).

Des auxiliaires prédateurs de pucerons sont disponibles auprès des jardineries. Veillez à relâcher au plus vite ces auxiliaires pour garantir leur survie et leur efficacité.

Les produits à base de savon noir ou d’huiles sont signalés comme étant très efficaces contre les pucerons.

L’efficacité préventive des macérations d’ortie, fougère, mélisse serait visible d’après des données empiriques toutefois, à l’heure actuelle elle n’est pas démontrée scientifiquement.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention “Emploi Autorisé au Jardin” (EAJ) sur le site e-phy.