Fraisier – Drosophile asiatique


Ces petites mouches ne sont connues en France que depuis 2010. Pour limiter leur dissémination sur le territoire, il vous est demandé de signaler obligatoirement leur présence. Les larves de cette petite mouche sont de minuscules asticots et se nourrissent de fruits en cours de murissement. C’est ce qui les différencie des drosophiles présentes naturellement en France qui n’attaquent que les fruits trop mûrs ou pourris.

Carte d'identité

Drosophile asiatique mâle (c) Martin Hauser Phycus, Licence CC BY 3.0.
Drosophila suzukii
j f m a m j j a s o n d
adultes dans les feuilles ou abrités à la surface du sol fruits fruits en murrissement
fruits à pépins ou noyaux

Les larves provoquent l’affaissement des fruits. De plus la perforation de la tarière de ponte des drosophiles permet l’entrée de champignons ou bactéries causant une infection secondaire qui peut contaminer les fruits sains aux alentours.

Les surinfections ainsi que le développement de la mouche causent le pourrissement rapide des fruits attaqués.

Il peut y avoir de nombreuses générations pendant la saison, entraînant une multiplication exponentielle du ravageur et rendant sa maitrise difficile.

La reproduction de ces mouches est rapide ; les générations sont espacées de une à cinq semaines, en fonction des conditions climatiques. Au printemps, les femelles pondent dans la chair des fruits (fraises, cerises…) au moment où commence leur mûrissement. Chaque femelle pond environ 300 œufs.

Les œufs mesurent 0,2 à 0,6 mm de long et sont légèrement transparents, laiteux et brillants. Ils ne sont pas faciles à observer parce que pondus dans la chair du fruit. Après éclosion des œufs, les larves se nourrissent de la pulpe des fruits.

Les mouches adultes peuvent vivre jusqu’à 9 semaines et pondre dans les fruits d’avril à novembre. Les femelles hivernent ensuite dans les feuilles ou au sol abritées des conditions hivernales.

Au moment du piégeage, la confusion est possible avec la drosophile européenne, ou mouche du vinaigre (D. melanogaster). L’identification précise doit être faite à la loupe sur des individus adultes. Le mâle possède une tache noire sur chaque aile, et la femelle est reconnaissable à son ovipositeur très développé. Ces caractéristiques sont suffisantes pour la différencier de la mouche du vinaigre.

Si vous trouvez des larves de drosophile dans des fruits trop mûrs il s’agit vraisemblablement de mouches du vinaigre classiques.

  • Protégez vos fraises avec du voile anti-insecte très fin (maille 0,5 mm) dès le début du grossissement des fruits verts.
  • Préservez les prédateurs des mouches (oiseaux, musaraignes, batraciens, chauve-souris…)

Aucune mesure de biocontrôle n’est connue à ce jour.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention « Emploi Autorisé au Jardin » (EAJ) sur le site e-phy.