Fraisier – Phytophtora


Il s’agit d’une maladie cryptogamique causée par un champignon, Phytophthora fragariae. Ce champignon attaque les racines des plants qui dépérissent et meurent.

Carte d'identité

Plant de fraisier attaqué par phytophthora (c) INRA
Phytophthora fragariae
j f m a m j j a s o n d
température du sol autour de 15°C, hiver doux et pluvieux
oospore dans le sol racines tous
framboisiers (certains)

Au printemps, la croissance des plantes est diminuée par la maladie et les plantes atteintes sont beaucoup plus chétives que les plantes saines. Le feuillage est rouge bleuté et fane en conditions humides, les jeunes feuilles se nécrosent rapidement et les plantes dépérissent.

Sur les fruits, on observe des taches brunes et sèches. Les fruits sont déformés et durs, c’est la “pourriture cuir” (fruits momifiés) et leur consommation est rendue impossible (texture et goût amer).

Les racines présentent des zones nécrosées sur toute leur longueur. Ces zones alternent avec des parties saines. Les radicelles sont rares. En coupe, on observe à l’intérieur des racines un cylindre central rouge sang très caractéristique.

L’attaque de ce champignon par les racines mène à la destruction des plants infectés. Les récoltes peuvent être perdues en totalité.

Le champignon se conserve sous la forme d’oospores, sortes d’œufs qui sont produits dans les racines et libérés dans le sol lors de leur décomposition. Ces oospores peuvent rester plusieurs années dans le sol, plus de 10 ans pour certains auteurs.

La contamination primaire des racines a lieu à l’automne, les oospores germent et libèrent des zoospores mobiles. Ces derniers se déplacent dans l’eau du sol, vers le haut pour entrer par l’extrémité des jeunes racines. Le champignon investit alors le cylindre central des racines. La température favorable pour la libération des zoospores se situe autour de 15 °C. Le mycélium du champignon croît alors jusqu’à former des hyphes ; sorte d’excroissances perçant les racines pour libérer de nouveaux zoospores dans le sol. C’est ainsi que de nouvelles racines peuvent être infectées.

Si les conditions sont favorables (température du sol au-dessus de 15 °C) les cycles de croissance se succèdent à intervalle de quelques jours. De nombreux hyphes sont alors formés au cours de la saison ce qui augmente rapidement le nombre de racines infectées. En effet, les zoospores libérées dans l’eau du sol migrent vers la surface où ils sont entrainés à la faveur de l’infiltration des pluies vers de plus en plus de racines alentours.

Lorsque le temps est plus frais (sol à environ 10 °C) plus d’oospores sont produits ce qui augmente la conservation du champignon dans le sol.

En savoir plus

Le mode de transmission le plus important de la maladie est le repiquage de plants infectés dans des parcelles saines.

La présence d’une assez grande quantité d’eau liquide est nécessaire à la surface des racines pour permettre le développement de la maladie, qui se développe par conséquent principalement dans les zones mal drainées. Le champignon se développe lorsque la température du sol atteint 15 °C.

Coupez transversalement une racine de plante affectée, vous observerez que le cylindre central de la racine est rouge. Les symptômes du phytophthora se caractérisent par cette coloration de la moelle des racines qui devient pourpre.

Cette vérification permet de ne pas confondre le phytophthora avec une autre cause de dépérissement racinaire.

A noter : les symptômes se déclarant au printemps ou au début de l’été sont issus d’une infection à l’automne. Les précautions de plantation et de suivi sont donc déterminantes.

  • Achetez des plants certifiés sains (vignette GNIS).
  • Dans le cas des échanges de plants entre amateurs, assurez-vous qu’ils ont été prélevés dans des cultures non contaminées.
  • Surveillez les nouveaux plants que vous introduisez au jardin, la principale source de ce champignon est l’introduction de plantes infectées dans un jardin sain.
  • Ramassez les débris végétaux pour limiter la quantité de parasites en début de saison.
  • Limitez les apports de fumures azotées.
  • Supprimez les plantes malades dès les premiers symptômes. Veillez à retirer les racines malades. Eliminez les de préférence dans un incinérateur.
  • Procédez à une rotation des cultures. Lorsque vous constatez l’attaque de ce champignon, choisissez un nouvel emplacement éloigné pour vos fraisiers. Attention, la durée de vie des oospores dans le sol peut être très longue.
  • Arrosez au goutte-à-goutte pour limiter l’excès d’humidité du sol et les éclaboussures sur le feuillage.

L’utilisation de décoction de prêle en préventif dans les conditions favorables aux parasites (temps chaud et humide ou orageux) semble limiter les dégâts liés au champignon. L’efficacité de telles préparations n’est cependant pas démontrée à ce jour.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention « Emploi Autorisé au Jardin » (EAJ) sur le site e-phy.