Fraisier – taches pourpres


La maladie des taches pourpres du fraisier est une maladie cryptogamique, causée par Diplocarpon earliana. Elle entraine l’apparition de taches sur les feuilles des fraisiers qui affaiblissent les plants.

Carte d'identité

Taches pourpres du fraisier
Diplocarpon earliana
j f m a m j j a s o n d
températures douces
dans les feuilles ou les débris de végétaux feuillage tous

Des taches circulaires, de 3 à 5 mm de diamètre apparaissent sur la face supérieure des feuilles. Elles sont d’abord rouges, avant de virer au brun  noir, ayant l’aspect de brûlures. Pendant l’été, en conditions humides, des spores peuvent se former au centre des taches sur la face inférieure des feuilles.

Rarement, les fleurs peuvent également présenter des symptômes, qui consistent alors en des taches allongées sur les sépales.

Perte de récoltes

  • Faible à moyenne.

Les contaminations ont lieu au printemps et en été, à partir des formes conservées dans les feuilles sénescentes et les résidus de culture pendant l’hiver, ou à partir des spores qui se forment au centre des taches en conditions humides. Des températures comprises entre 20 et 25 °C favorisent la formation de ces spores.

La maladie se propage rapidement. La dissémination des spores est assurée par l’eau (pluie, éclaboussures d’arrosage) et entraîne des foyers de développement. Par temps pluvieux en fin d’été ou à l’automne, la culture peut être complètement contaminée.

La conservation hivernale du champignon dans les feuilles sénescentes ou dans les résidus de culture entretient une forte pression du parasite au printemps suivant.

La forme et la couleur des taches permettent une identification fiable de cette maladie. Un coup d’œil au revers des feuilles permet d’y voir les spores et de confirmer son diagnostic.

  • Choisissez des espèces plus tolérantes à ce champignon (demandez conseil à votre revendeur)
  • Arrosez au pied ou au goutte-à-goutte pour éviter les éclaboussures et ne pas mouiller le feuillage.
  • Favorisez l’aération entre les plants  par le respect de la densité de plantation pour limiter la formation d’un microclimat favorable au champignon.
  • Limitez les apports d’azote.
  • Supprimez les premières feuilles contaminées.
  • Eliminez et brûlez (de préférence dans un incinérateur) tous les résidus culturaux et le paillis à l’automne pour détruire les formes de conservation du champignon.

Aucune mesure de biocontrôle n’est connue à ce jour.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention « Emploi Autorisé au Jardin » (EAJ) sur le site e-phy.