Hydrangea – Cochenille pulvinaire


La cochenille pulvinaire (Pulvinaria hydrangeae (=Eupulvinaria hydrangeae)) est un insecte ravageur qui peut s’attaquer à toute une gamme de végétaux. Son repérage est assez aisé puisqu’elle porte sur son dos un ovisac blanc cotonneux terminée par une plaque brune dure.

Carte d'identité

Cochenille Hydrangea (c) Serge Dekeyser
Pulvinaria hydrangeae (= Eupulvinaria hydrangeae)
j f m a m j j a s o n d
larves sur le bois feuillage tous

Les insectes mères (ou femelles) sont installés sur la face inférieure des feuilles, leurs ovisacs protégés par des sécrétions cireuses blanches typiques. Ces sacs de ponte peuvent atteindre 8 mm de long.

Les larves mesurent jusqu’à 1 mm de long et sont ovoïdes, de couleur verte. Elles se développent sur la face inférieure des feuilles, en général le long des nervures. Elles sont de couleur verte à brun-jaunâtre.

Les larves piquent la plante et consomment la sève, en affaiblissant le végétal. Les feuilles les plus gravement atteintes se dessèchent et tombent prématurément à la fin de l’été. Le miellat sécrété par les insectes occasionne le développement d’une fumagine noirâtre inesthétique. Le miellat attire également les guêpes et les fourmis, leur présence doit aussi retenir l’attention du jardinier pour la détection des cochenilles.

Perte de qualités esthétiques

  • La production de miellat par les cochenilles et la présence de fumagine détériore la qualité esthétique de la plante.

Cochenilles pulvinaires de l'hortensia Eupulvinaria hydrangeaCette espèce de cochenille a une seule génération annuelle. A partir du mois de mai, les femelles adultes déposent environ 3000 œufs dans l’amas de cire cotonneuse sous leur bouclier avant de mourir. Cette reproduction est sexuée ou asexuée en fonction de la présence de mâles à proximité.

Les larves sortent des œufs à partir de juin/juillet selon les conditions climatiques.

Les larves sont mobiles, c’est alors qu’elles colonisent les feuilles et les végétaux alentours.

A l’automne, les larves se déplacent vers les rameaux pour hiberner, elles continuent cependant à se nourrir. Elles retournent enfin vers les feuilles au printemps pour poursuivre leur cycle de développement.

La multiplication des insectes d’une saison à l’autre est très rapide du fait de la grande fertilité de l’espèce.

> En savoir plus, un ravageur récemment introduit

Les différentes espèces de cochenilles pulvinaires n’ont été introduites en Europe que depuis les années 1960. Elles s’y sont depuis multipliées et généralisées.

Des risques de confusion existent avec d’autres cochenilles pulvinaires (Pulvinaria regalis, Pulvinaria floccifera) qui colonisent aussi les plantes ligneuses feuillues. Dans ce cas, les œufs, protégés dans l’amas de cire cotonneuse, ne sont pas déposés sur les feuilles mais sur le bois des rameaux.

L’observation attentive des plantes pourra débuter dès la reprise de la végétation, pour repérer les premières cochenilles adultes. Poursuivre en mai- juin l’observation et retirer les pontes (présence de bouclier et de cire cotonneuse) au revers des feuilles.

Inspectez minutieusement les plantes au moment de l’achat et choisissez des plantes indemnes.

Surveillez particulièrement les plantes récemment acquises.

Contrôlez régulièrement le revers des feuilles et la base des rameaux puis éliminez manuellement les insectes, qui ne volent pas et se déplacent lentement.

Éliminez les déchets de taille.

Encouragez la présence des oiseaux (mésanges) et insectes auxiliaires qui dévorent les insectes.

Les coccinelles Exochomus quadripustulatus peuvent être utilisées en lutte intégrée, en particulier pour les vérandas. Les syrphidés et les chrysopes peuvent également permettre de réguler le parasite.

Pulvérisez une préparation à base de savon noir et d’huile d’olive.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention “Emploi Autorisé au Jardin” (EAJ) sur le site e-phy.