Laurier-rose – Cochenille noire


Les cochenilles noires se camouflent grâce à une carapace coriace. Elles consomment la sève et affaiblissent la plante en cas de pullulation.

Carte d'identité

Cochenilles sur laurier (c) Raymond Gill, California Department of Food and Agriculture, bugwood.org
Saissetia oleae
j f m a m j j a s o n d
larves hivernantes feuillage, tige tous
olivier, agrume, figuier, abricotier, lierre

Cette cochenille se nourrit de la sève du végétal. Elle infeste principalement les rameaux et la face inférieure des feuilles.

Les dégâts directs sont difficiles à évaluer, mais la sécrétion de miellat entraîne l’apparition de fumagine qui nuit à l’activité de photosynthèse des plantes.

Le miellat et la fumagine qui en découle sont souvent les premiers signes détectés par le jardinier, qui observe alors les colonies d’insectes.

Perte de qualités esthétiques.

L’adulte est une grosse cochenille de 2 à 4 mm de long et de 1 à 4 mm de large pour 2 mm d’épaisseur. En vieillissant, l’insecte passe du brun châtain au brun presque noir.

Les œufs blanc-rose à orangé mesurent environ 0,3 mm de long et sont quasi ellipsoïdaux.

Les larves apparaissent de juin à août et sont semblables aux adultes. Elles hivernent avant de se transformer en femelles en avril-mai. Ces dernières pondent rapidement 150 à 2500 œufs chacune, une première fois pendant 10 à 15 jours au printemps, et une seconde fois pendant 20 à 30 jours à l’automne.

La cochenille noire ne possède qu’une génération par an.

Cette cochenille est particulièrement polyphage.

En savoir plus

Cette cochenille entretient des relations étroites de mutualisme avec les fourmis.

La cochenille fournit du miellat sucré aux fourmis qui, en retour, limitent l’action des entomophages prédateurs du ravageur.

Inspectez minutieusement les plantes au moment de l’achat et choisissez des plantes indemnes.

Surveillez particulièrement les plantes récemment acquises.

Contrôlez régulièrement le revers des feuilles et la base des rameaux puis éliminez manuellement les insectes, qui ne volent pas et se déplacent lentement.

Éliminez les déchets de taille.

Encouragez la présence des oiseaux, mésanges en particulier, qui dévorent les insectes.

Favoriser l’installation des auxiliaires consommateurs de cochenilles (coccinelles, chrysopes, syrphes, punaises…) par la présence de plantes hôtes des insectes (plantes fleuries productrices de pollen facilement accessible: Potentilles, phacélie, orties…).

La lutte biologique, notamment par des Hyménoptères Encyrtidae du genre Metaphycus est localement efficace.

Les produits à base de savon noir sont signalés comme étant très efficaces contre les cochenilles.

Les macérations d’ortie, fougère, mélisse semblent avoir une action préventive contre l’installation des cochenilles noires. L’efficacité de telles préparations n’est cependant pas démontrée scientifiquement à ce jour.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu portant la mention « Emploi Autorisé au Jardin » (EAJ) sur le site e-phy.