Limace des jardins


La limace des jardins (Arion hortensis) attaque de très nombreuses cultures potagères, ornementales et fruitières.

Carte d'identité

Limace orange Arion rufus (c) F. Marque, Dow Agrosciences
Arion hortensis
j f m a m j j a s o n d
temps pluvieux, rosée, parcelle fréquemment irriguée
oeufs et adultes abrités dans le sol jeunes pousses, feuillage, gousses tous
principalement les légumes à feuilles

La limace provoque des trous sur les feuilles et des encoches sur leur bord, en respectant les nervures. Elle consomme de jeunes plantules mais également des racines, des fruits et des tubercules.

Perte de qualités esthétiques

  • Moyenne à forte, traces visqueuses et trous dans les végétaux consommables et d’ornement.

Pertes de récolte

  • Très forte en début de culture sur les jeunes plantules.

L’adulte long de 30 à 40 mm, noirâtre et visqueux. De mœurs nocturnes, sa présence est décelable sous les abris naturels (mottes de terre, cailloux…) et aussi à ses traces brillantes et visqueuses de mucus sur les plantes attaquées ou de mucus séché sur le sol à leur proximité.

L’œuf, de couleur claire, a 2 mm de diamètre.  Il est pondu par groupe de 10 à 50 sous quelques centimètres de terre, à proximité d’un système racinaire. L’adulte pond environ 400 œufs. Le temps d’incubation des œufs dépend de la température et l’éclosion à lieu au bout de 2 à 4 semaines.

L’hivernation à lieu généralement à l’état d’œuf ou sinon d’adulte, sous la surface du sol. La durée de vie de la limace peut atteindre un an.

Lorsque ce ravageur est en présence à la fois d’un sol motteux ou pierreux qui lui sert de refuge et d’une jeune culture avec des organes tendres pour le nourrir, il se développe très rapidement. Il est particulièrement nuisible quand la température est supérieure à 10 °C. Des conditions climatiques humides prolongent sa durée d’activité. A contrario, des périodes de gel en-deçà de -3 °C ou de longues périodes de sécheresse leur sont néfastes.

Détruisez les résidus des précédents culturaux, au moins un mois avant la mise en place de la culture.

Favorisez la présence des auxiliaires naturellement présents, comme les merles, hérissons, musaraignes, orvets, carabes, crapauds ou grenouilles, qui sont friands de ce ravageur. Pour les préserver, limitez l’emploi des pesticides.

Binez en été, afin de faire remonter les œufs en surface pour qu’ils se dessèchent ou soient consommés par des prédateurs. Pour les sols battants, le binage superficiel gène la progression des limaces.

En conditions humides et douces, posez en prévention des pièges (tuile retournée ou planche) où les limaces vont se réfugier la nuit, puis éliminez les ravageurs manuellement.

Entourez vos rangs de laitues de sciure de bois, cendres, coquille d’œuf, paillettes de lin, fougères… Leurs textures gênent la progression des limaces.

Il existe dans le commerce des nématodes parasites des limaces. Il faut néanmoins prendre des précautions quand il s’agit d’introduire de nouvelles espèces dans le milieu.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention “Emploi Autorisé au Jardin” (EAJ) sur le site e-phy.