Mineuse


Certains insectes ne consomment qu’une partie des feuilles. C’est le cas des mineuses qui se nourrissent entre les deux épidermes des feuilles en creusant des galeries. La forme de ces galeries ainsi que la plante attaquée permet souvent de déterminer un petit nombre d’espèces potentiellement responsables.

Carte d'identité

Morsures nutritionnelles de mineuse sur oignon jaune
j f m a m j j a s o n d
feuillage tous

Selon l’espèce, les larves vont creuser des galeries linéaires, ramifiées, sinueuses ou enroulées, la géométrie des galeries pourra guider dans le diagnostic du ravageur associé. Certaines larves à des stades de développement avancés consomment toute la feuille en épargnant uniquement l’épiderme supérieur qui les protège des attaques extérieures.

Il existe toute sorte de mineuses. Vous pourrez observer des mines plus ou moins développées sur des feuilles d’arbres, d’arbustes ou de plantes herbacées.

La lutte contre ces larves d’insectes est très difficile car les épidermes de la feuille les protègent de toutes les attaques venant de l’extérieur. De nombreux insectes parasitent utilement ces larves en les piquant à travers l’épiderme. Ce parasitisme se reconnait au changement de couleur de la larve à l’intérieur de la galerie.

Les larves se développent plus ou moins vite, il est courant que 2 ou 3 générations de ces insectes se succèdent au cours de l’année. Le nombre de larves augmentant à chaque génération, les dégâts peuvent donc être considérables en fin de saison.

Les dégâts peuvent également être d’ordre esthétique car les mines rendent les feuilles marron.

Au potager, les attaques de mineuses sur les allium par exemple peuvent largement diminuer la récolte.

Sur certains arbres, il est possible de découvrir plusieurs espèces de mineuses qui pour autant ne causent pas un affaiblissement visible de l’arbre.

Il y a cependant des ravageurs qui causent beaucoup de dégâts lorsqu’ils pullulent. La mineuse du marronnier cause par exemple le brunissement et la chute prématurée des feuilles et le dépérissement des arbres après quelques saisons.

Ce sont très souvent des larves qui creusent les galeries entre les deux épidermes pour se nourrir. Ces larves sont très souvent en forme de ver et se déplacent en rampant dans leurs galeries.

Parmi les larves mineuses deux ordres sont majoritaires :

  • Les lépidoptères dont font parties les mineuses du marronnier, la teigne du poireau, la mineuse des solanacées (Tuta absoluta) et la tordeuse orientale du pêcher ;
  • Les diptères dont font partie la mineuse des allium et les principales mineuses de la tomate (Lyriomyza).

Plus rarement on trouve des larves de coléoptères ou d’hyménoptères.

Le diagnostic de « mineuse » est posé dès que l’on découvre une galerie serpentant entre les deux épidermes de la feuille. Certains types de mineuses grignotent la feuille par le revers tout en restant protégées par l’épiderme supérieur.

Pour déterminer précisément de quelle espèce il s’agit, il faut regarder la plante attaquée et la géométrie de la mine. Les risques de confusion sont rares.

Au potager, vous pourrez principalement avoir une action pour éviter aux adultes de pondre en plaçant des filets anti-insectes sur vos jeunes plants. Veillez toutefois à ce que le filet ne touche pas les feuilles des plantes. Cette protection est à réserver aux cultures à risque majeur (ex : mineuse du poireau)

Pratiquez la rotation des cultures car certaines mineuses passent l’hiver dans le sol, en déplaçant un peu vos cultures d’une année sur l’autre vous éviterez de piéger des ravageurs sous le filet anti-insectes.

Pour des cultures les plus sensibles, retirez les feuilles atteintes dès que vous repérez des mines.

Certains insectes adultes peuvent être attirés par la couleur jaune. En plaçant des pièges (panneaux englués ou bols jaunes) vous pourrez repérer les premiers vols d’adultes.

Les chrysopes peuvent être prédatrices de certaines mineuses.

Des pièges à phéromones ont été développés contre certaines mineuses (mineuse du marronnier)

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention “Emploi Autorisé au Jardin” (EAJ) sur le site e-phy.