Pin – Chenille processionnaire


La processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa) est un insecte de l’ordre des lépidoptères. Ses chenilles passent l’hiver dans des nids tissés sur des branches de pin (toutes espèces de pin confondues) exposées au soleil dont elles sortent la nuit pour se nourrir d’aiguilles. Le mode de procession en file indienne des chenilles est à l’origine de leur nom. Connue depuis longtemps dans le Sud de la France, ce papillon tend à remonter progressivement vers le Nord.

Carte d'identité

Procession de chenille (c) INRA
Thaumetopoea pityocampa
j f m a m j j a s o n d
larves au sol croissance des rameaux

Dégâts sur pin sylvestreLes dégâts sont causés par les chenilles qui se nourrissent des aiguilles entraînant donc une défoliation des pins.

Cette défoliation progressive, si elle se poursuit pendant plusieurs années, rend l’arbre attaqué plus sensible aux stress et à d’autres ravageurs.

Les arbres isolés sont plus susceptibles d’être attaqués car ils reçoivent plus de lumière.

Dépréciation esthétique

  • Défoliation
  • Présence de nids

Santé humaine

  • Les chenilles processionnaires sont principalement redoutées en raison de leur caractère urticant. En effets, lorsqu’elles se sentent agressées et lors de leur mort, les chenilles projettent des poils microscopiques très irritants pouvant provoquer démangeaisons, œdèmes, irritations oculaires, problèmes respiratoires et allergies.
  • Le contact avec les chenilles s’avère également très dangereux voire mortel pour les animaux domestiques.

Nid de chenilles processionairesAu printemps, les chenilles descendent des arbres et s’enterrent dans le sol où elles forment un cocon et se transforment en chrysalides.

Les papillons adultes, d’environ 35 à 40 mm éclosent en été. Les mâles meurent après l’accouplement et les femelles pondent de 150 à 220 œufs par paquets sur les rameaux et les aiguilles des  pins. Ils éclosent 30 à 45 jours plus tard selon la température.

En hiver, les chenilles se réfugient dans les épais nids tissés au bout des branches de pin. Elles n’en sortent que la nuit pour se nourrir.

Les pullulations sont cycliques : à deux ou trois années d’attaques en un endroit donné succède généralement une période de latence pouvant durer plusieurs années.

Le cèdre peut également être infesté mais rarement.

La lutte mécanique peut être utilisée en sectionnant les rameaux portant des nids avec un échenilloir puis en les incinérant.

Soyez toujours très prudents en manipulant les nids car les poils urticants y persistent. Portez des habits couvrants, gants, lunette et masque ou idéalement une tenue d’apiculteur.

Micro-organisme pathogène Bacillus thuringiensis serotype 3 à utiliser en pulvérisation sur les jeunes chenilles en septembre.

Il existe un piège constitué d’une collerette enserrant le tronc et d’un sachet rempli de terre. Ce piège est à poser avant la descente des chenilles. Lorsqu’elles descendront, elles s’enterreront dans la terre du sachet et y formeront leur cocon, pensant avoir atteint le sol. Une fois les chenilles piégées, le piège doit être détruit (brûlés sous réserve de la réglementation).

Des pièges à phéromones spécifiques aux processionnaires du pin sont également commercialisés. Ils permettent de capturer les papillons mâles.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu portant la mention « Emploi Autorisé au Jardin » (EAJ) sur le site e-phy.