Poireau – Thrips


Thrips tabaci Lindeman est le ravageur qui cause les dégâts les plus fréquemment rencontrés sur le feuillage des poireaux. Les adultes, mesurant environ 1mm, sont de couleur brune en hiver et plus orangé en été. Les œufs, nymphes et larves sont difficiles à observer.

Carte d'identité

Thrips tabaci Lindeman
j f m a m j j a s o n d
températures nocturnes supérieures à 5°C
tous
oignons

Les thrips s’attaquent de préférence à la face inférieure des jeunes feuilles. Les dégâts sont localisés le long de la nervure centrale des feuilles. Les micro-piqures provoquent sur le feuillage des taches allongées de couleur blanc-grisâtre. Les extrémités des feuilles finissent par se nécroser.

Des « points noirs » sont repérables sur les feuilles, il s’agit d’excréments noirs, signes la présence des thrips.

Les attaques débutant sur jeunes plants et se poursuivant au cours de la culture entraînent une baisse de rendement et une forte dépréciation qualitative du feuillage. Des attaques prolongées altèrent très sensiblement la qualité de présentation du produit.

Thrips tabaci Lindeman est le ravageur qui cause les dégâts les plus fréquemment rencontrés sur le feuillage des poireaux. Les adultes, mesurant environ 1mm, sont de couleur brune en hiver et plus orangé en été. Les œufs, nymphes et larves sont difficiles à observer.

L’hivernation se fait sous forme adulte et larvaire. Les adultes hivernant reprennent leur activité lorsque les températures dépassent les 12°C. La 1ère période de vol en mai correspond à celle de ces adultes, la 2nde période de vol fin juin provient de l’évolution des larves hivernantes. Des conditions climatiques hivernales défavorables au bon développement des thrips entrainent ainsi de faibles périodes de vol entre mai et juin. La période des vols intensifs commence fin juillet et peut durer jusqu’à début septembre.

Les thrips peuvent se reproduire de façon sexuée et asexuée (parthénogénèse). Les femelles pondent une centaine d’œufs au cours de leur vie. Ces œufs sont pondus dans les tissus de la plante, les rendant impossible à observer. L’incubation dure entre 7 et 15 jours. Les larves une fois émergées commencent à se nourrir sur les jeunes feuilles. Vient ensuite la nymphose qui dure de 6 à 8 jours. Les larves de 2ème génération se nymphosent soit au pied du végétal, soit sur ou dans le sol. Le passage du stade larvaire au stade adulte dure entre 7 et 15 jours. Un cycle de vie complet dure entre 13 et 30 jours, et il peut y avoir de 5 à 7 générations par an. Le développement des thrips est favorisé par des températures élevées et une hygrométrie basse. Des pluies abondantes ou des arrosages fréquents par aspersion entraînent une forte mortalité.

D’une manière générale, les thrips sont difficiles à voir à l’œil nu, vous devrez vous armer d’une loupe pour distinguer les ailes plumeuses caractéristiques. Les taches argentées et les décolorations que vous pouvez observer sur des pétales ou des feuilles doivent vous conduire à regarder au revers pour distinguer les insectes responsables.

Installez des pièges englués bleus pour repérer les premiers insectes, les thrips sont attirés par cette couleur. Les pièges englués bleus sont spécifiques des thrips et permettent de préserver les insectes auxiliaires utiles.

L’humidité ne convient pas au développement de ces insectes. Si la culture n’est pas trop sensible aux attaques des champignons, vous pouvez fractionner les arrosages et asperger avec de l’eau le dessous des feuilles.

Rotation des cultures. Évitez l’enchaînement de Liliaceae plusieurs années consécutives sur une même parcelle.

Des auxiliaires existent notamment des punaises, acariens ou thrips prédateurs, mais ils sont peu adaptés aux cultures en plein air.