Pomme de terre – Doryphore


Le doryphore (Leptinotarsa decemlineata)est originaire d’Amérique. Il a été introduit en France dans la région de Bordeaux en 1922, et s’est généralisé sur le territoire français puis européen dès 1940. Il se nourrit des feuilles de plantes de la famille de la pomme de terre (Solanacées). Il peut donc également s’attaquer aux cultures d’aubergines et, plus rarement, de tomates.Sa pullulation mène rapidement à la destruction de la culture.

Carte d'identité

Doryphore de la pomme de terre adulte
Leptinotarsa decemlineata
j f m a m j j a s o n d
adultes hivernants feuillage tous
solanacées

Larves de doryphore et dégâts sur plant de pomme de terreAprès l’éclosion des œufs, les larves rongent les feuilles avant de s’enfoncer dans le sol pour se transformer en adultes. Ces adultes dévorent à leur tour les feuilles des plants de pomme de terre.

Ils détruisent partiellement ou totalement le feuillage de la pomme de terre et des autres plantes hôtes (aubergine, tomates, belladone, morelle). La récolte peut être très sévèrement diminuée en cas d’infestation forte. Les tiges et les tubercules exposés à l’air libre peuvent également être attaqués.

Une larve consomme, au cours de son cycle, 35 à 45 cm² de feuilles. Les adultes peuvent dévorer 10 cm² de feuilles par jour.

La culture de pomme de terre peut supporter un certain niveau de défoliation sans perte de récolte.

Le doryphore est également soupçonné de favoriser la transmission de maladies bactériennes telles que la pourriture brune et la pourriture annulaire. En plus de la perte de feuillage, des composés glycoalcaloïdes toxiques (solanine et chaconine) sont retrouvés en plus grande quantité dans les tubercules de plants de pomme de terre infestés.

Perte de récoltes

  • Potentiellement très forte, en cas d’attaque précoce. Réduction du feuillage entrainant la réduction de la taille des tubercules.

Le doryphore ne peut survivre qu’en présence d’un nombre limité de plantes hôtes de la famille des solanacées (aubergine, tomate, belladone, morelle, avec une nette préférence pour la pomme de terre.

L’adulte hiverne dans le sol, à des profondeurs comprises entre 25 et 40 cm.

Au printemps, après une pluie et lorsque la température du sol atteint 14 °C, l’insecte sort du sol. Ils s’accouplent après deux semaines d’alimentation. La durée de vie de l’insecte adulte est de 1 à 2 ans.

Oeufs de doryphore de pomme de terreLe développement des œufs est très rapide, et il leur faut seulement 4 à 10 jours pour éclore. Les larves parviennent à leur développement complet en 15 jours puis descendent dans le sol pour se nymphoser. Ce stade dure 8 à 15 jours selon les conditions climatiques.

La durée minimale du cycle total est de 5 à 6 semaines seulement (entre 25 et 28°C).

La sortie printanière des adultes enfouis est très échelonnée à partir du mois d’avril. On peut donc trouver dans la même culture des adultes, des larves à tous les stades et des œufs.

Les adultes entrent en hibernation fin août début septembre.

Les symptômes ressemblent à ceux observés dans le cas d’attaque de chenilles défoliatrices. Cependant, la présence des insectes adultes et larves limite les possibilités de confusion.

Détruisez manuellement les insectes adultes, les larves et les œufs.

Favorisez les plantations précoces.

Surveillez les cultures tardives d’aubergines et de tomates.

Pratiquez si possible la rotation des cultures (ou évitez de planter des pommes de terre tous les ans).

Limitez la présence des plantes adventices et ornementales hôtes comme les morelles (et aussi datura, physalis, lyciet, tabac), de même que les repousses de pommes de terre.

Aucune mesure de biocontrole n’est connue à ce jour.