Psylle


Les psylles sont des insectes piqueurs-suceurs qui s’attaquent à de nombreuses plantes. A première vue, ils ressemblent à des pucerons, à la loupe cependant, on remarque que les psylles présentent très souvent des formes ailées sur une longue période. Chez les pucerons les formes ailées sont de courte durée, elles servent uniquement à la dissémination de l’espèce. Les dégâts sont comparables entre ces deux ravageurs.

Carte d'identité

Ponte de psylle (c) Lequet A., insectes-net.fr
j f m a m j j a s o n d
adultes protégés des conditions hivernales feuillage tous

L’impact direct est principalement esthétique car les plantes sont enduites de miellat visqueux. Dans un deuxième temps, la plante est affaiblie par la consommation de sève par les insectes.

Les psylles causent également des dégâts indirects car certaines espèces peuvent transmettre les virus à leur plante hôte (ex : Vecteur du phytoplasme du déclin de la poire).

Les psylles sont des insectes piqueurs-suceurs qui se nourrissent de la sève de leur végétal favori. Les femelles en général très prolifiques pondent au printemps à proximité des bourgeons. Les larves se nourrissent ensuite sur les jeunes feuilles. Les différentes générations qui se succèdent au cours de l’année peuvent se chevaucher ce qui rend difficile une action ciblée contre un stade de développement. Des actions répétées et uniquement ciblées contre les adultes s’avèrent inutiles. Le chevauchement des cycles et en particulier la présence des œufs permettent la poursuite de l’attaque.

L’insecte adulte ressemble à un puceron aux antennes longues et à la tête bien distincte du corps. Ils sont très mobiles et sautent dès qu’ils sont dérangés ce qui rend leur observation difficile.

Les larves sont assez caractéristiques, elles sont peu mobiles et donc plus facile à observer que les adultes. Vous devrez vous armer d’une loupe et regarder au revers des feuilles attaquées. Les larves sont aplaties et groupée, elles produisent beaucoup de miellat. Chez certaines espèces, les larves s’enduisent de miellat pour se protéger des attaques extérieures.

Favoriser la présence des insectes prédateurs dans votre jardin. Les coccinelles, syrphes et chrysopes, au stade larvaire, consomment des psylles.

Pour les plantes potagères, les psylles peuvent être tenus éloignés grâce à un filet anti-insectes à mailles fines.

Les pièges englués jaunes, permettent de repérer l’arrivée des psylles et en assez grand nombre de contribuer à la lutte. Attention toutefois au piégeage involontaire d’auxiliaires.

Certains auxiliaires peuvent limiter la pullulation des psylles notamment la larve de coccinelles et celles de chrysopes. Les punaises prédatrices Anthochoris nemoralis peuvent aussi être utilisées.

Les huiles organiques ou minérales peuvent également être efficaces contre ces insectes.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention “Emploi Autorisé au Jardin” (EAJ) sur le site e-phy.