Week-end de remise des prix 2014 à Paris

Les cinq lauréats du concours Jardiner Autrement édition 2014 et les trois lauréats du concours photo Epidémiosurveillance « L’observation minutieuse de mon jardin m’a permis de voir », accompagnés de membres du jury (SNHF, Noé, Jardinot), de l’équipe Jardiner Autrement et de Jean-Michel CARDON, représentant de l’ONEMA, ont participé les 13 et 14 septembre 2014 à un week-end à la découverte du végétal en région parisienne.

Ce week-end a été l’occasion de remettre leur diplômes aux lauréats à la SNHF, de participer à un atelier animé par l’Office Pour les Insectes et leur Environnement (OPIE) à l’espace nature du Val d’Or, de visiter les Serres de l’arboretum de Chèvreloup, ainsi que le Jardin des Plantes de Paris.

Atelier de découverte du monde des insectes

Accueillis à l’espace nature du Val d’or, au cœur de la vallée de la Bièvre, par Samuel Jolivet, directeur, et Florence Merlet, chargée d’étude à l’OPIE, les participants ont tout d’abord participé à un jeu testant leurs capacités à reconnaître un insecte. Une occasion de revenir sur les principales caractéristiques de ces animaux: un corps en 3 parties tête-thorax-abdomen, 3 paires de pattes, 2 paires d’ailes, 1 paire d’antennes.


Forts de ces éléments d’identification, les lauréats et accompagnateurs se sont ensuite livrés à une mise en pratique à travers une chasse aux insectes, armés de filets et d’un parapluie japonais, afin de prospecter la clairière et la mare attenante. Orthoptères, Odonates, Hémiptères, plusieurs classe d’insectes ont ainsi été observées, avec pour stars l’Aeschne bleue, une libellule géante, et une grande sauterelle verte nommée Conocéphale gracieux.

> En savoir plus sur l’OPIE

Après une rapide traversée du parc de l’arboretum de Chèvreloup, les participants ont pu en visiter les serres, guidés par Alain Karg, conservateur des collections horticoles pour le Muséum National d’Histoire Naturelle.


Situé au cœur d’un arboretum de 200 hectares, anciennement destinées à enrichir et renouveler les collections du Museum National d’Histoire Naturelle, les serres de Chèvreloup comptent 8000 plantes, formant des collections originaires de tous les continents, notamment de régions tropicales humides ou arides.

Les lauréats et accompagnateurs ont ainsi pu arpenter les 6000 m² de serres et tunnels abritant les différentes collections végétales, avec un focus particulier sur certaines « collections de référence » particulièrement diverses en formes et en couleurs, comme les 69 magnifiques espèces de fuchsias et les 160 espèces de pélargoniums. Riches également en espèces de zone arides, les serres comptent 1250 espèces issues de régions désertiques d’Afrique du Sud. La visite s’est close par une distribution de boutures et de plants d’Ophiopogon planiscapus nigrescens, une des rares plantes ornementales complètement noire.

Lors de cette visite, les participants ont pu observer les méthodes de biocontrôle utilisées comme les pièges chromatiques, pièges de couleur enduits de glue, ainsi que des œufs d’auxiliaires parasitoïdes.

En savoir plus sur l’Arboretum de Chèvreloup

Soirée de remise des diplômes à la SNHF

Le retour à la capitale en fin de journée, fut l’occasion d’admirer la fameuse tour Eiffel et les autres monuments historiques jalonnant le trajet. Un repas servi à la SNHF a ensuite regroupé l’ensemble des participants du week-end. Les différents lauréats ont pu y découvrir les locaux de l’association et surtout se sont vu remettre leurs diplômes, ces derniers saluant leur implication dans les alternatives aux pesticides au jardin (concours Jardiner Autrement) ainsi que dans l’épidémiosurveillance (concours photo épidémiosurveillance).

Visite du Jardin des Plantes à Paris

Après une nuit de sommeil réparateur, le groupe s’est donné rendez-vous au Jardin des Plantes, guidés par Xavier Riffet, expert au Museum National d’Histoire Naturelle, ils ont pu découvrir en sa compagnie le Jardin Alpin, le Jardin de l’Ecole de Botanique et le Jardin Ecologique, l’ensemble étant entretenu sans pesticides de synthèse depuis plusieurs années.


Les participants ont tout d’abord arpenté le jardin Alpin, un espace de 1500 m², hébergeant un métaséquoia, conifère à feuille dit arbre fossile, des plantes insectivores caractéristiques des tourbières, une collection de saxifrages, sur un sol pierreux. L’ensemble est entretenu grâce à des heures de désherbage manuel, et offre aux observateurs patients une occasion d’observer lézards et salamandres.


Le groupe s’est ensuite dirigé vers le jardin de l’Ecole de Botanique, organisé selon la nouvelle classification phylogénétique, permettant d’observer la diversité végétale de toutes les régions tempérées (plantes à fleurs, mousses, fougères,..). Ce jardin donne ainsi un aperçu des espèces présentant une grande diversité morphologique ou évolutive.

Une table d’orientation centrale permet de se repérer dans la classification et de comprendre la disposition des plantes dans les massifs, quatre plates-bandes illustrant quatre phénomènes évolutifs : adaptation, convergence, diversification et orientation.


Dans le Jardin Écologique sont reconstitués quatre milieux forestiers et sept milieux ouverts du Bassin parisien. Les participants ont pu observer une parcelle de vigne avec ses plantes associées telle que la petite aristoloche et des plantes bulbeuses comme la gagée ou la tulipe sauvage. Les platières, socles de grès permettant la formation d’une mare temporaire, ont témoigné de l’apparition d’une végétation spécifique. Egalement éléments clés de ce jardin, la “spirale aux insectes” et l’”hôtel à insectes”. Ces aménagements, destinés à favoriser la présence des insectes, leur permettent d’accomplir leur cycle de vie.


Ce jardin compte également des groupements forestiers caractéristiques associés à des mares, parmi lesquels une chênaie-charmaie riche en plantes bulbeuses, une chênaie-frênaie couverte de lianes et une chênaie-châtaigneraie sur un sol sableux. Un rapide passage dans le jardin de la Perspective a été l’occasion d’immortaliser ce week-end par une photo de groupe à quelques pas de la collection de plantes tinctoriales et aromatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.