Légende des pictogrammes de la carte d'identité

 

Calendrier :

En noir, période de l’année pendant laquelle la vigilance est nécessaire, correspondant à la période habituelle de la présence au jardin du bioagresseur.

 

 

Dynamique

Ce point traduit la vitesse potentielle de développement de l’épidémie ou de la pullulation du ravageur, il est noté de 1 à 4.

 

 

Importance des dégâts.

Ce point complète le texte central par un pictogramme.

Impact faible :
peut affaiblir la plante, sans la tuer directement. Pour les cultures vivrières (fruits et légumes) la récolte est peu affectée.

Impact moyen :
dépérissement de la plante, pouvant progressivement conduire à sa mort. La récolte est assez fortement affectée.

Impact fort :
entraine la mort de la plante, et réduit les récoltes à néant.

 

 


 

Rubriques transverses

Fiches techniques

Dans cette rubrique, vous trouverez des fiches pratiques pour identifier et protéger vos cultures des ravageurs et maladies, et pour mieux connaître les auxiliaires amis du jardinier.

Cette section est en cours de modification, la carte d'identité ainsi que les moyens de biocontrôle de chaque bioagresseur seront ajoutés progressivement.

Les différentes fiches techniques

Dans les fiches techniques, retrouvez les principaux ravageurs et maladies présents au jardin, classés par types de plantes : plantes ornementales, plantes potagères, arbres fruitiers et petits fruits ; ainsi que des fiches « bioagresseurs généralistes » (ravageurs s’attaquant à de nombreuses plantes du jardin) et plantes invasives.

Enfin, vous trouverez également dans cette rubrique les fiches sur les auxiliaires indigènes, naturellement présents au jardin (syrphes, carabes, coccinelles…) et les agents de biocontrôle que vous pouvez introduire. Apprenez à les connaître, les reconnaître et favoriser leur présence au jardin !

 

  • Piéride adulte (Pieris brassicae) Les chenilles se nourrissent notamment de choux. © G. Carcasses, SNHF
  • Balanin de la noisette (Curculio nucum) Les larves se nourrissent de noisettes. © G. Carcasses, SNHF
  • Punaise épineuse (Picromerus bidens) mangeant une chenille de Paon du jour (Inachis Io) sur des orties. © CC-BY 2.0 Thomas Bresson

 

Le contenu des fiches sur les ravageurs et maladies

Chaque fiche présente les symptômes et dégâts, l’échelle de gravité des attaques ainsi que la biologie du bioagresseur. Ces données sont complétées par les moyens de lutte connus ne faisant pas appel aux produits phytopharmaceutiques classiques : mesures prophylactiques, méthodes culturales et outils de biocontrôle. En dernier recours, vous pourrez aussi être dirigé vers le site « e-phy » du ministère de l’agriculture pour trouver un produit de traitement autorisé pour l’usage prévu et portant la mention "emploi autorisé au jardin" (EAJ).

De nombreuses photos vous permettent d’identifier le bioagresseur à différents stades de son évolution, tout en repérant ses dégâts.

Enfin, sur chaque fiche, la carte d’identité du bioagresseur est affichée à droite. Elle récapitule ses principales caractéristiques, parfois illustrées à l’aide de pictogrammes : nom scientifique, dynamique, stades sensibles du végétal, importance des dégâts…

 

Cas spécifique des Organismes nuisibles réglementés

Le suivi réglementaire d’un ravageur ou parasite est strictement lié à son inscription sur des listes officielles relevant de la France ou de l’Union Européenne

Certains bioagresseurs sont  qualifiés de « préoccupants ». Ils figurent sur une liste particulière. D’autres organismes sont qualifiés de « nuisibles et réglementés ». Leur introduction et la dissémination sont interdites dans l’Union Européenne.

Pour ces bioagresseurs, la découverte de tout symptôme correspondant à la description faite dans les fiches doit impérativement être signalée au Service Régional de l’Alimentation (SRAL) chargé de la protection des végétaux, basé à la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) de votre région.

pictogramme ONR Les organismes nuisibles réglementés sont signalés dans le bloc de droite par ce pictogramme d’alerte et la mention « Organisme nuisible réglementé ».