Les asilidés


Les asilidés ou « mouches à moustaches» sont des diptères du sous-ordre des Brachycères (mouches à antennes courtes). Cet agile prédateur est un intéressant allié du jardinier qu’il est possible d’accueillir et de pérenniser au jardin par quelques aménagements et pratiques de jardinage. 7 400 espèces sont actuellement connues dans le monde dont environ 200 en France. Ces espèces sont typiques des milieux non perturbés raison pour laquelle elles sont aujourd’hui menacées par l’urbanisation et les pratiques agricoles intensives. Les asilidés sont de bons indicateurs des milieux semi-naturels et des habitats chauds.

a) Heteropogon en pleine tentative d’accouplement (© Gilles Carcassès), b) Tête d'Asile à moustache ou barbe (© Laurent Bonherbe et A.Guibentif), c) Tolmerus atricapillus (© Quintin), d) Dioctria rufipes femelle (© M.Billard).
a) Heteropogon en pleine tentative d’accouplement (© Gilles Carcassès), b) Tête d’Asile à moustache ou barbe (© Laurent Bonherbe et A.Guibentif), c) Tolmerus atricapillus (© Quintin), d) Dioctria rufipes femelle (© M.Billard).

 

Carte d'identité

Tête d'Asile à moustache ou barbe (photos Laurent Bonherbe et A.Guibentif)

Leur taille est très variable de 4 mm à 40 mm. La femelle est habituellement plus grande et plus robuste que le mâle. Leur corps est souvent recouvert de poils, leurs pattes longues et épineuses et leur rostre est court. Les asilidés ont une caractéristique, la présence de moustaches qui protègent leurs yeux des mouvements défensifs des proies. Ces mouches ont trois ocelles à la base des antennes entre leurs deux grands yeux composés. Leurs antennes constituées de trois segments sont courtes.

 

Les lieux de ponte sont très variables sur ou dans le sol, sur les végétaux, dans le bois ou les bouses.

Ces insectes affectionnent les environnements dégagés, secs et arides dans lesquels ils chassent soit à l’affût soit en vol stationnaire.

Les adultes sont des chasseurs très habiles grâce à leur vue perçante qui leur permet de détecter des proies à une distance de 10 mètres. Leurs pattes sont équipées d’épines et de griffes qui assurent l’arrimage de leur victime en plein vol. Par ailleurs leur rostre leur permet de transpercer les carapaces les plus rigides. Enfin, elles injectent une salive neurotoxique et aspirent les sucs dissous de leurs victimes.

Les larves aveugles sont généralement peu mobiles et saprophages ou zoophages, quelques-unes sont phytophages ou saproxylophages. Les larves prédatrices se nourrissent d’autres larves de coléoptères ou de diptères.

Ces insectes sont des prédateurs carnassiers aussi bien à l’état larvaire qu’adulte. Ils sont spécialisés dans la capture d’invertébrés. Ces mouches voraces ont un régime alimentaire varié, composé d’autres mouches, de guêpes, de sauterelles, de libellules, de papillons dont des piérides, des mites, des punaises, des pucerons. Elles s’attaquent à des proies généralement plus petites qu’elles et parmi les espèces les plus abondantes. Ce qui en fait un auxiliaire généraliste efficace pour maintenir l’équilibre dans le jardin.

Les prédateurs des asilidés sont les oiseaux, les grenouilles et les araignées.

  • Si vous devez employer des produits de biocontrôle ou utilisables en agriculture biologique portant la mention EAJ (Emploi Autorisé au Jardin) veuillez à respecter rigoureusement les conditions d’utilisation. Évitez d’utiliser, en traitement généralisé, des produits à base de pyréthrines naturelles car ces molécules agissent sur le système nerveux de tous les insectes sans distinction
  • Laisser des zones de plantes sauvages dans le jardin
  • Multiplier les écosystèmes dans le jardin : les haies composites, les lisières, mais surtout les zones arides et les prairies sèches

Liens utiles

Les pages de l’INPN :

Le site d’un passionné d’entomologie

Bibliographie

Fiche technique de l’INRA : A propos des Asilidés (INRA, Guy Tomasovic, 1999).

Les diptères prédateurs (ephytia)

Faune de France

Un article du blog Nature en ville à Cergy-Pontoise