Entretenir sa pelouse en période de confinement (pandémie COVID-19)

Avec la fermeture des déchetteries et les restrictions de sortie, il n’est plus possible d’évacuer les tontes de gazon comme les autres végétaux dits « déchets verts » en se rendant aux déchetteries dont la plupart sont d’ailleurs fermées.

Face à la pandémie et au confinement destiné à limiter les risques encourus, la tonte des pelouses peut paraître bien dérisoire. Néanmoins, outre qu’avec l’arrivée timide du printemps, l’herbe pousse et va continuer de le faire, pour les personnes confinées qui le peuvent, avoir le souci de l’entretien de son jardin et de sa pelouse n’est pas à négliger.

Pour la majorité des amateurs, d’autres solutions alternatives à l’invitation à ne plus tondre ou au stockage des tontes en attendant de pouvoir les emmener à la déchetterie existent.

Quelques propositions alternatives à l’évacuation

Ayons à l’esprit le devenir de la tonte de gazon effectuée par un robot. Les résidus sont intégralement laissés sur place sans pour autant nuire – bien au contraire – à la santé de la pelouse. C’est l’intérêt du mulching. En se dégradant rapidement, les résidus de tonte nourrissent la microfaune et leur dégradation assure une fertilisation par restitution au sol des éléments minéraux (dont l’azote) prélevés au cours de la croissance (pousse). De plus, cette technique réduit la levée des adventices et la formation des mousses.

Sans robot, avec votre tondeuse habituelle, il est possible d’imiter cette technique en privilégiant le mulching à la récupération en panier/bac.

Si votre tondeuse ne dispose pas de la fonction « mulching », faire un passage en position haute pour étêter les herbes les plus grandes en ne coupant que le tiers de la hauteur du gazon. En deux ou trois jours, moins s’il fait chaud, les déchets de tonte vont faner. S’ils sont trop importants (après une période d’absence ou de fort développement), les amas de tonte peuvent être étalés avec un râteau ou un ramasse feuilles. Lors des passages suivants, il est conseillé de ne pas descendre en-dessous de 8-10 cm.

Si la récupération en panier/bac à votre préférence, plusieurs possibilités s’offrent à vous là encore.

Épandre la tonte sur 3 à 4 cm maximum d’épaisseur dans une zone dédiée ou sur une planche de culture au potager pour un séchage en deux ou trois jours (comme le font les cultivateurs avec le foin). Une fois séché, le stockage peut s’effectuer en tas plus épais.

** Éviter de stocker directement le gazon frais en tas épais ; il va monter en température, brûler le sol, pourrir en dégageant de mauvaises odeurs (gaz).

Le gazon séché peut également être utilisé pour servir de paillage de protection au pied des plantes vivaces (rosiers, petits fruitiers, artichauts…), limitant ainsi la levée des indésirables, des plantes spontanées ; réduisant l’évaporation du sol (avril est statistiquement dans la région le mois le moins pluvieux avec une forte présence de vents d’Est desséchants). Cet épandage sur quelques centimètres d’épaisseur gagne à être réalisé sur sol humide, même au potager entre les rangs de culture.

Sous forme séchée, les résidus peuvent être incorporés au compost avec les autres éléments habituellement mis dans le bac à compost (épluchures de légumes… ). Sans bac composteur, le compostage de surface est possible en tas, en intercalant gazon séché, épluchures de légumes. En excluant tout restes de cuisine, le compostage de surface n’attire pas les rongeurs et ne dégage pas de mauvaises odeurs. Le compost ainsi obtenu, dans quelques mois, viendra enrichir le sol au pied des plantes ornementales, potagères ou petits fruitiers.

En privilégiant l’une ou l’autre de ces propositions, vous vous conformez aux restrictions en vigueur (mars–avril 2020) et, au lieu d’appauvrir votre terrain, vous le fertiliserez par restitution de la matière organique nommée à tort « déchets verts ».

Dans quelques semaines, lors de la levée du confinement et le redémarrage des services, vous aurez découvert de nouvelles manières de gérer et valoriser vos « déchets verts » par une restitution sur place de vos résidus de tonte, de taille, pour améliorer votre sol, nourrir votre jardin, protéger votre terrain. Dans le cadre de ces pratiques éco-citoyennes, le recours à la déchetterie pourra se limiter aux végétaux malades, non transformables sur place, trop encombrants… Ainsi, à vos économies de carburant, s’ajouteront à terme de moindres dépenses en achat d’engrais. Sans oublier les économies de la collectivité qui finance avec l’impôt (nos impôts) le fonctionnement de la déchetterie, la collecte et le traitement des déchets verts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − quatorze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.