Erinose de la vigne


Les symptômes de l’érinose de la vigne sont provoqués par un acarien microscopique : Colomerus vitis. Bien que causées par un ravageur, les attaques sur vigne sont classées dans les maladies.

Carte d'identité

Eriophyes vitis, synonyme : Colomerus vitis
j f m a m j j a s o n d
feuillage, fleurs Floraison
Chaque espèce de phytopte (nom commun donné à l’acarien responsable de l’érinose) provoque un dégât particulier sur une espèce végétale déterminée.

Dès le printemps, les premiers symptômes apparaissent à la surface des feuilles. On observe de petites cloques appelées galles sur la face supérieure. Sur la face inférieure, on observe un duvet blanchâtre provoqué par une hypertrophie des poils épidermiques de la plante, sous l’effet des piqûres nutritionnelles de l’acarien. Celui-ci attaque de nouvelles feuilles au fur et à mesure de la croissance de la plante. Les galles sont initialement verdâtres puis deviennent rougeâtres à terme.

Galles sur feuille de vigne (face supérieure) © INRA
Galles sur feuille de vigne (face supérieure) © INRA
Galles sur feuille face inférieure © Jody Fetzer
Galles sur feuille face inférieure © Jody Fetzer
Galles en fin de cycle végétatif sur face supérieure de feuille de vigne © D. Blancard
Galles en fin de cycle végétatif sur face supérieure de feuille de vigne © D. Blancard
Galles en fin de cycle végétatif sur face inférieure de feuille de vigne © D. Blancard
Galles en fin de cycle végétatif sur face inférieure de feuille de vigne © D. Blancard

Les galles sont observées principalement sur les feuilles mais plus rarement sur les inflorescences et sur les rameaux.

Symptomes de l'érinose sur inflorescence © INRA
Symptomes de l’érinose sur inflorescence © INRA

Les dégâts sont en général limités et ne provoquent pas de baisse de rendement. Cependant, les jeunes vignes sont plus sensibles à l’érinose ce qui engendre une baisse de leur vigueur.

L’érinose de la vigne est une maladie causée par un acarien invisible à l’œil nu Colomerus vitis.

Les femelles hivernent sous les écorces de la vigne. Au stade bourgeon, les acariens piquent les jeunes feuilles et des galles apparaissent. Les œufs sont déposés dans ces galles dès la mi-avril.

Les œufs éclosent environ 15 jours après la ponte et libèrent des adultes qui migrent vers les jeunes feuilles. Ainsi, 7 générations se succèdent jusqu’à l’automne, période à partir de laquelle les femelles entrent en hibernation.

Le phytopte de l’érinose de la vigne est invisible à l’œil nu. Par conséquent, observez les cloques sur la face supérieure des feuilles puis confirmer le diagnostic en observant un duvet blanc sur la face inférieure.

Arthrocnodax vitis est une cécidomyie prédatrice spécifique de l’agent pathogène responsable de l’érinose de la vigne. Comme Colomerus vitis, cette cécidomyie est invisible à l’œil nu.

Des acariens prédateurs de la famille des Typhlodromes se nourrissent aussi de ce ravageur. Les Typhlodromes sont visibles à l’œil nu mais l’usage d’une loupe est recommandé pour les identifier.

Acariens Thyphlodromes prédateurs de <em>Colomerus vitis</em> © J. Onillon
Acariens Thyphlodromes prédateurs de Colomerus vitis © J. Onillon

Substances soumises à une Autorisation de Mise sur le Marché

  • Dès l’apparition des premières galles un traitement au soufre mouillable peut être appliqué. Ce traitement est également efficace contre l’oïdium. Pour en savoir plus sur l’oïdium de la vigne.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention « Emploi Autorisé au Jardin » (EAJ) sur le site e-phy.

Précautions à prendre avant de traiter.