Le hérisson


Petit mammifère fort sympathique, le hérisson est un ami précieux du jardinier car il est friand de limaces et d’escargots. Cependant, trafic routier, urbanisation et utilisation de pesticides mettent sa vie en danger. Il s’agit d’un animal protégé sur le territoire français depuis 1981 et il est interdit de le capturer ou de le détenir.

Carte d'identité

hérisson
hérisson
Hérisson adulte

Très facile à reconnaître, le Hérisson d’Europe (Erinaceus europaeus) possède un museau allongé et des piquants caractéristiques sur le dos. La couleur de ces piquants varie du brun au beige et ils servent à décourager ses prédateurs.

Le hérisson mesure jusqu’à 34 cm de long et 15 cm de haut à l’âge adulte pour un poids allant de quelques centaines de grammes au printemps à plus d’1 kg à l’automne.

Les petits ont une peau rose et des piquants mous et clairs qui seront ensuite remplacés par des piquants plus foncés et durs.

Lorsqu’il se sent en danger, le hérisson se roule en boule pour se protéger, technique efficace contre ses prédateurs puisqu’à ce jour le blaireau est le seul animal qui semble réussir à « ouvrir » un hérisson roulé en boule. Ses autres prédateurs (renards, chiens…) doivent être assez rapides pour le mordre avant qu’il ait pu se rouler entièrement en boule.

Le Hérisson se nourrit principalement de limaces et d’escargots mais aime aussi les vers de terre, les chenilles, les hannetons, les charançons, les mille-pattes, les forficules (perce-oreilles), les fruits tombés au sol ou accessibles… Plus rarement, il peut se régaler d’oisillons, d’œufs, de campagnols, de grenouilles, de couleuvres ou d’orvets, et même de charognes. Il joue un rôle important de régulation au jardin.

Durant l’hiver, le Hérisson hiberne dans un nid rempli de feuilles, de mousses ou de brindilles, sous un tas de bois ou dans une haie. Du printemps à l’automne, il sort chasser plutôt en début et en fin de nuit. Il se déplace sur un grand territoire d’au moins 1 hectare dont il a besoin pour se nourrir et trouver un partenaire.

La femelle met bas en été jusqu’à 5 petits.

  • Abandonnez les pesticides qui se retrouvent dans la chaîne alimentaire et donc par exemple dans les limaces que mangent le hérisson.
  • Rentrez vos animaux domestiques la nuit pour éviter qu’ils ne perturbent le hérisson.
  • Laissez les abords du nid tranquille. Avant de tailler, débroussailler ou remuer un tas de feuilles, des branchages vérifiez qu’il n’y ait pas de nid de hérisson.
  • Le hérisson a besoin d’un grand territoire (< à un hectare), facilitez son déplacement en laissant une ouverture d’au moins 15 cm de côtés à la base de vos murs ou de vos clôtures.
  • Vous pouvez fabriquer un abri à hérisson pour qu’il passe l’hiver ou tout simplement conserver des tas de feuilles de chênes et de bois susceptibles d’en accueillir.
  • Ne les nourrissez pas, s’ils sont dans votre jardin c’est qu’ils y trouvent de quoi manger ! Évitez en particulier le lait qui leur donne des diarrhées qui les affaiblissent et les rendent vulnérables. Vous pouvez par contre maintenir de l’eau à disposition dans votre jardin, par exemple dans une coupelle.
  • Équipez vos piscines, bassins ou autres trous de couvercles ou « d’échelles de secours » pour que le Hérisson puisse ressortir facilement.
  • Soyez vigilant sur la route, les hérissons y chassent souvent les vers de terre après une pluie !
  • Attention aux filets de protection qui sont des pièges mortels pour les hérissons.
  • Les abris du commerce sont d’une efficacité aléatoire.

Précautions :

  • les hérissons peuvent être des vecteurs de la maladie de Lyme.

Pour aller plus loin : Albouy, V. (2012). La lutte biologique au jardin. Éditions Quae. p 53.