Intérêt économique des jardins potagers et fruitiers

Une activité rentable mais c’est avant tout la qualité des fruits et légumes produits qui motive les jardiniers

Étude menée à l’initiative de la section potagers et fruitiers de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) en partenariat avec l’Association Jardinot, la Fédération Nationale des Jardins Familiaux et Collectifs (FNJFC), SBM Solabiol et le Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants (GNIS).

Afin de préciser l’intérêt des jardins potagers et fruitiers aujourd’hui en France, une étude a été réalisée en 2018 (voir encadré). Elle a permis de dégager plusieurs tendances. Les motivations pour produire soi-même des fruits et légumes sont nombreuses et diffèrent fortement selon les jardiniers :

  • La première motivation est de produire soi-même des fruits et légumes de qualité et de les consommer frais (ou conservés).
enquête participative intérêt économique du potager
  • D’autres objectifs et motivations sont fréquemment cités : être autosuffisant, profiter d’un loisir, se faire plaisir, être en plein air en contact avec la nature, entretenir sa santé, échanger avec ses proches, améliorer l’environnement …
  • L’intérêt économique ne ressort pas dans les premières motivations. Il est néanmoins important, surtout pour certaines catégories socioprofessionnelles disposant de plus faibles revenus (chômeurs, retraités, agriculteurs …).

L’intérêt économique varie selon les espèces cultivées. Il est particulièrement élevé pour les plantes aromatiques (persil, ciboulette, basilic …) et les petits fruits rouges (fraises, framboises, groseilles…). Les fruits et légumes peuvent être très rentables chez les jardiniers confirmés.

Sans tenir compte du temps passé, en prenant en compte les dépenses engagées (qui fluctuent selon la taille du jardin, les investissements réalisées et les pratiques…) et en estimant la valeur des récoltes sur la base des prix moyens du commerce bio en haute saison, les économies réalisées peuvent varier très fortement mais sont en moyenne proches de 1 500 € par an. Comme plusieurs jardiniers l’on dit : « mon jardin potager c’est mon 13e mois ». Chez les jardiniers ayant répondu, 1 € investi rapporte en moyenne 15 €.

Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un mémoire de fin d’étude d’ingénieur à AgroParistech par Anoucha Jaubert. Dans ce but, une centaine de questionnaires ont été recueillis et exploités en 2018.

Les jardiniers étaient interrogés sur les quantités récoltées selon les espèces, les dépenses réalisées, le temps passé et leurs motivations pour jardiner… Sachant que le thème de cette étude porte sur un sujet compliqué, avec une variabilité très forte des différents types de données collectées, le nombre de questionnaires enregistrés s’avère insuffisant pour généraliser les tendances dégagées. Afin de consolider les résultats, la SNHF et ses partenaires souhaitent poursuivre la collecte des questionnaires grâce à la participation d’un plus grand nombre de jardiniers ayant noté leurs résultats en 2018 ou les années antérieures.

Pour participer à cette étude et améliorer sa représentativité vous pouvez télécharger et compléter un questionnaire d’enquête en allant sur le site de la SNHF dans la rubrique Actualités/Enquête (https://www.snhf.org/category/nos-activites/enquetes/)

snhf-154010
logo_jardins_familiaux
jardinot
GNIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.