Jardiner avec la lune : est ce vraiment une bonne idée ?

L’influence de la lune sur le jardin, mythe ou réalité ?

La presse spécialisée, la presse grand public, quelques livres et de nombreux sites Internet incitent les particuliers à tenir compte de la lune et même de la position respective de la lune et des constellations pour réussir leur jardin.

Depuis l’Antiquité, ces pratiques ont été périodiquement conseillées et battues en brèche. Sans aucune conséquence pour leurs productions, l’immense majorité des horticulteurs et des agriculteurs professionnels ne tient pas compte de ces contraintes pour produire les plantes, les graines, les fleurs, les fruits qui servent à notre alimentation ou à l’amélioration de notre cadre de vie.

En effet, comme l’indique Moore, les progrès agronomique et génétique ont été tels qu’il est inutile de se préoccuper des phases de la lune. Pourtant la controverse persiste.
Le conseil scientifique de la Société nationale d’horticulture de France propose chaque année un dossier sur un sujet d’actualité.

En 2011, “Jardiner avec la lune” est le premier dossier de la série “Regard du conseil scientifique”.

2 commentaires sur “Jardiner avec la lune : est ce vraiment une bonne idée ?

  1. Merci ++++ pour cette recherche scientifique qui a le mérite d’exister …..
    Ma conclusion tendrait par le fait que nous ,les jardiniers ,nous avons besoin de rêver …..

  2. Et si l’on analysait les choses autrement ?
    Le problème de toutes nos croyances que certains voudraient sciences comme l’influence de la lune, mais aussi l’astrologie, la radiesthésie et tant d’autres c’est qu’elles ne sont pas universelles.
    Pour justifier la réalité des effets lunaires, l’argument le plus répandu est : “Depuis des siècles ou des millénaires que nos ancêtres y croient c’est donc que cela s’appuie sur des observations tangibles” (Bon, ils croyaient aussi aux licornes ou aux loup-garous… passons…)
    Mais ce que l’on oublie de penser c’est que nos croyances occidentales et ne sont pas partagées par d’autres peuples qui comme nous pratiquent l’agriculture depuis tout aussi longtemps. (Oh, ils ont en aussi, mais différentes… Exemple l’astrologie)
    Alors s’il était avéré et manifeste qu’il vaut mieux couper son bois en lune vieille et semer les radis en lune descendante, comment se fait-il que les anciens agriculteurs amérindiens, africains, malgaches, chinois, japonais, etc., etc… n’en soient pas arrivés aux mêmes conclusions ?
    Nos ancêtres observateurs agricoles étaient-ils plus malins que tous les autres ? N’aurions nous pas encore tendance comme nous l’avons fait si longtemps à penser que croyances et nos valeurs occidentales sont supérieures au reste du monde ?
    Mais peut-être aussi que nos ancêtres, avant l’invention de l’écriture et de la messe du dimanche, n’avaient d’autre calendrier que le comptage des lunaisons à partir des solstices qu’ils savaient bien déterminer grâce à la position du coucher du soleil. Et de là ils ont déterminé des repères “lunaires” pour savoir quand planter ou semer… Ils avaient tout bêtement inventé l’almanach du jardinier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.