Les plantes attractives pour les abeilles

Les abeilles se nourrissent essentiellement du nectar et du pollen des fleurs, leur survie dépend en grande partie de la disponibilité de ces ressources dans leur environnement. Les insectes pollinisateurs ont besoin pour leur équilibre alimentaire de butiner une grande diversité d’espèces florales agricoles, horticoles et sauvages.

© Marion Poiret pour le blog nature en ville à Cergy-Pontoise

La protection et le développement de surfaces fleuries, avec des espèces attractives pour les abeilles, sur des espaces tels que les surfaces agricoles (cultures, bandes enherbées, jachères), les jardins particuliers et publics, les abords des voies de circulation, les surfaces gérées par les collectivités, les zones industrielles et commerciales, …, sont autant de réponses à l’amélioration des conditions de vie des abeilles et des pollinisateurs.

Pour rendre ces espaces attractifs, il est recommandé d’utiliser des espèces végétales adaptées, nectarifères et pollinifères. C’est pour cette raison qu’a été élaborée la Liste de plantes attractives pour les abeilles – Plantes nectarifères et pollinifères à semer et à planter, un outil à destination de ceux qui souhaitent participer à la protection des abeilles et des pollinisateurs.

Méthodologie

La flore métropolitaine est estimée à plus d’un millier d’espèces mellifères. Cette liste réduite à 200 végétaux a ainsi vocation à être un outil d’aide au choix des espèces à implanter, à partir de plusieurs critères tels que le type de plante ou la période de floraison, mais aussi leur disponibilité dans les circuits classiques de distribution et chez les horticulteurs et pépiniéristes de France métropolitaine.

Cette liste est le fruit d’un travail mené par FranceAgriMer, l’institut technique de l’abeille (ITSAP), le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), l’institut technique de l’horticulture (Astredhor) et l’interprofession Val’hor. Elle a été élaborée sur une évaluation du caractère nectarifère et pollinifère de chaque espèce, fondée sur des ressources bibliographiques et des dires d’experts. Elle recense des végétaux répondant à la diversité des utilisateurs potentiels : espèces agricoles, cultures potagères et fruitières, plantes ornementales… Elle inclut également certaines espèces réputées moins mellifères, mais présentant l’intérêt de répondre aux besoins des insectes pollinisateurs durant les périodes de disette ou de forts besoins alimentaires.

A l’inverse, des espèces susceptibles de présenter un intérêt n’ont pas été intégrées : celles liées à la production de propolis, en raison de la faible disponibilité de méthodes de quantification, et celles liées à la production de miellat.

Pour chaque espèce listée, un indice de confiance sur l’estimation de la production de nectar et/ou de pollen a été calculé à partir du nombre de sources bibliographiques et des retours de dires d’experts recensés.

Conçue comme un outil évolutif pour les utilisateurs, les gestionnaires et les aménageurs d’espaces ruraux, urbains, agricoles, industriels ou de transport, cette liste reprend les espèces les plus communes et cultivées en France et n’a ni prétention à être exhaustive ni vocation à être fermée.