Protéger son jardin grâce aux haies et massifs champêtres

Pourquoi implanter une haie dans son jardin ?

Une haie fournit une grande variété de fonctions dont le jardinier bénéficiera tout au long de l’année. Il peut en tirer aussi des matériaux qu’il pourra valoriser :

Fonctions sociales :

  • Délimitation de parcelles.
  • Brise-vue.
  • Esthétique.
  • Mise en défens des animaux domestiques.

Fonctions écologiques :

  • Corridors écologiques.
  • Réservoir d’auxiliaires pour le jardin.
  • Barrière physique limitant la propagation des pollutions

Fonctions agronomiques :

  • Brise-vent.
  • Amélioration de la vie du sol, induisant souvent, à terme une augmentation du rendement.

Matériaux valorisables :

  • Du bois raméal fragmenté utilisable en paillage, des tuteurs, du bois de chauffage, des fruits et des baies, des champignons, des feuilles pour le paillage

La composition et la structure de la haie seront fonction des attentes du jardinier, de l’espace disponible, de l’exposition, du sol et du climat.

Varier les espèces : la haie composite

Il est très largement préférable à tous points de vue, d’implanter une haie dite composite, c’est-à-dire qui entremêle beaucoup d’espèces, varie la structure (hauteur, largeur, densité) plutôt qu’une haie monospécifique composée de thuyas ou de lauriers par exemple, car ces haies sont plus sujettes aux maladies et aux attaques des ravageurs et elles fournissent nettement moins de services écologiques que les haies composites. Et n’oubliez pas que les arbustes à croissance rapide sont aussi ceux qui donneront et pour longtemps un gros travail de taille et d’importants volumes de déchets verts !

Voici quelques exemples de haies :

La haie fruitière : La haie fruitière peut permettre de cacher un mur ou bien de séparer la zone d’agrément du potager. Si l’espace le permet, plantez différentes essences et variétés de fruitiers palissés afin d’étaler la période de récolte. Vous pouvez aussi opter pour des espèces à petits  fruits (cassissiers, framboisiers, groseilliers…).

groseilles-petits fruits-haie-agroécologie
Groseilles à maturité (© Gilles Carcassès).

La haie décorative, parfumée et fleurie : Parmi les arbustes décoratifs que vous pouvez utiliser, pensez aux seringats, viornes, lilas, groseilliers à fleurs, osmanthes, spirées, buissons de beauté, sans oublier les rosiers arbustifs … Utilisez des arbustes qui produisent des baies décoratives à l’automne et appréciées des oiseaux (houx, églantier, pommiers d’ornement…). Les baies violettes des Callicarpa restent présentes sur la plante après la chute des feuilles, amenant de la couleur dans le jardin en hiver.

haie-auxiliaires-agroécologie
a) Callicarpes à l’automne, b) Weigelia, c) Nandina, d) Hydrangea quercifolia (Photos © Gilles Carcassès).

La haie défensive : Pour renforcer une clôture légère, vous pouvez choisir des plantes et des arbustes épineux, comme les prunelliers, aubépines, rosiers…

La clôture végétalisée : Certaines clôtures grillagées ne sont pas très esthétiques. Pour habiller de telles installations, n’hésitez pas à utiliser des plantes grimpantes ou volubiles, aussi bien pérennes qu’annuelles : clématites, akebias, chèvrefeuilles, haricot d’Espagne, ipomées, volubilis… N’oubliez pas que les plantes grimpantes ou volubiles fruitières ou potagères comme les loganberries, ronces sans épines, chaillottes, vignes, courges, permettent de récolter des fruits, et d’attirer des pollinisateurs différents.

Vous pouvez aussi allier tous ces types de haies en alternance ou en mélange, autour de votre propriété au bien au sein même du jardin. Pour ceux qui ont la chance d’avoir de grands jardins, la haie composite double rangs est un bon compromis entre les objectifs agronomiques, environnementaux, de fourniture de matériaux, microclimatiques et l’occupation des sols. Vous pouvez à loisir augmenter ou diminuer le nombre de lignes en fonction de l’espace disponible.

haie double rangs-auxiliaires-agroécologie
Agencement possible d’une haie double en quinconce (inspiré de Liagre, 2006). (Illustrations : Laurène Geslin, paysagiste).

Comment implanter une haie ?

L’installation d’une haie peut, en fonction des espèces que vous souhaitez, constituer un investissement en temps et en argent conséquent. Il est donc conseillé de ne pas en négliger la préparation.

Une haie est une structure pérenne donc avant de se lancer dans un tel projet, prenez le temps de planifier votre projet, de bien examiner la configuration de votre jardin : la superficie allouée, les zones ensoleillées, le sens du vent, de bien choisir vos essences, de préférence locales car elles seront mieux adaptées aux conditions climatiques de votre région. Prenez aussi le temps d’examiner la qualité de votre sol (pH, fertilité, texture et structure).

Désherbez la surface de votre sol avant plantation. Ameublissez bien la terre en profondeur.

En condition de fertilité faible, vous pouvez apporter de la corne broyée, et procéder au pralinage du système racinaire.

Après plantation, paillez abondamment avec de la paille ou du bois raméal fragmenté par exemple, afin de limiter la concurrence avec les mauvaises herbes, de freiner l’évaporation et de favoriser la vie du sol.

Comment entretenir la haie ?

L’entretien de votre haie consistera à ajouter du paillage quand le précédent sera décomposé, à tailler la haie et à récolter ses fruits. La taille vous permet de modeler la forme générale du végétal, de contrôler sa mise à fleur, d’induire le renouvellement du bois et d’éliminer les parties malades. Le produit sain de la taille peut être réutilisé comme bois raméal fragmenté pour la haie ou d’autres parties de votre jardin. Prenez tout de même soin de ne pas trop tailler votre haie afin de ne pas perturber son potentiel de réservoir d’espèces auxiliaires. Et évitez d’intervenir pendant la période de nidification des oiseaux (avril à août) !

Prendre la réglementation en compte

La réglementation peut être particulière à votre commune ou même à votre lotissement, donc prenez soin de vous renseigner avant l’implantation. Globalement, quelques règles sont à respecter :

  • Une distance minimale de la limite de propriété de 0,50 m est requise pour les plantations ne dépassant pas 2 m
  • Pour les végétaux de plus de 2 m de hauteur, la distance minimale est de 2m
  • Tout propriétaire est tenu de couper les branches qui dépassent chez son voisin, au niveau de la limite de propriété
  • En revanche ce voisin n’a pas le droit de couper, lui-même, les branches qui dépassent sur son terrain ni de récolter des fruits sauf ceux tombés naturellement

Pour plus de renseignements législatifs

réseau de haies-jardins familiaux-auxiliaires-agroécologie
Réseaux de haies dans un centre de jardins familiaux (© Gilles Carcassès).

L’implantation de haies est intégrée au règlement intérieur de cette association de jardins familiaux.

A retenir

  • Les haies sont bénéfiques aux auxiliaires de votre jardin.
  • Les haies favorisent la vie de votre sol et procurent des avantages agronomiques pour votre jardin.
  • Les haies sont des sources de matériaux : bois de construction, BRF (Bois raméal fragmenté), fruits, baies, fourrages pour les animaux, que vous pouvez récolter et valoriser dans le jardin.

Conseils

  • Choisissez des variétés bien adaptées à votre région.
  • Optez pour des haies composites plus favorables à la biodiversité.
  • Préparez soigneusement votre sol avant l’implantation, c’est important pour la prospérité de vos arbustes.
  • Quand elles sont en pleine maturité ne taillez pas trop vos haies afin qu’elles deviennent de véritables refuges pour les auxiliaires des cultures.
  • Évitez une trop grande proximité d’une haie de grande taille avec le potager en raison de la concurrence pour l’eau et le soleil.

Liens utiles

200 plantes attractives pour les abeilles 

Fiches techniques d’auxiliaires

Bibliographie consultable à la SNHF

Pépin, Denis. Les haies faciles. Paris: Larousse, 2009.

Pépin, Denis, et Claude Guinaudeau. Le grand livre des haies. Paris: Larousse, 2005.

Soltner, Dominique. Planter des haies. Brise-vent, bandes boisées… 7e édition. Angers: Siraudeau, 1994.

Caubel, V. (2001). Influence de la haie de ceinture de fond de vallée sur les transferts d’eau et de nitrate. Doctorat de sciences, École Nationale Supérieure Agronomiques de Rennes, Rennes.

Bibliographie

Liagre, F. (2006). Les haies rurales: rôles, création, entretien. France Agricole Editions.

 

Un commentaire sur “Protéger son jardin grâce aux haies et massifs champêtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *