Les éléments nutritifs des plantes

Pour croître, se développer et fructifier, une plante a besoin d’eau, de lumière et d’éléments nutritifs.

Le végétal fabrique sa matière organique à partir d’eau et de gaz carbonique (CO2) en exploitant l’énergie solaire : c’est le phénomène de la photosynthèse. Elle puise dans le sol les éléments minéraux et l’eau nécessaires à sa croissance.

La plante puise également des éléments indispensables en plus petites quantités (calcium, magnésium, soufre…) et des oligo-éléments en très petites quantités (fer, manganèse, zinc, cuivre, bore, molybdène…).

Les principaux éléments nutritifs dont la plante a besoin sont l’azote, le phosphore et le potassium. Ils font partie des éléments dits majeurs (dont la plante a besoin en grande quantité) et sont les éléments les plus susceptibles de manquer dans un sol.

Comprendre avant d'intervenir

Les végétaux prélèvent les éléments nutritifs du sol. Il est donc nécessaire d’entretenir la fertilité du sol en reconstituant ses réserves par des apports de matières fertilisantes adaptés. Ces apports sont à réaliser en fonction de la richesse du sol et des besoins des plantes.

L’analyse de votre sol par un laboratoire vous permettra entre autres, de connaître sa teneur en éléments majeurs et oligo-éléments. Il sera alors possible de corriger les carences éventuelles en apportant les compléments dont il a besoin.

Certaines espèces sont plus gourmandes en certains éléments nutritifs que d’autres. Par exemple :

  • Cultures exigeantes en azote : gazon, graminées et bambous, arbustes, plantes vertes d’intérieur, légumes feuilles.
  • Cultures exigeantes en phosphore : principalement les espèces à fleurs et à fruits et légumes graines.
  • Cultures exigeantes en potasse : arbres fruitiers, arbustes à fleurs, fraisiers, rosiers, bulbes, légumes racines.

Il faut donc tenir compte des besoins spécifiques de chaque plante, pour éviter les conséquences liées à des carences, d’excès ou de déséquilibre. Par exemple :

  • Des feuilles décolorées, pâles, peuvent indiquer un manque d’azote. Les feuilles jaunes, aux nervures bien vertes, indiquent une carence en fer (chlorose).
  • Un apport en excès ou en mauvaise condition peut créer une brûlure directe du feuillage.
  • Des grappes de fleurs qui ne se transforment pas en fruits (phénomène de coulure).
  • Un apport excessif d’azote sur les tomates provoque un excès de la végétation au détriment de la floraison et de fructification.

N, P et K: principaux éléments nutritifs

L’azote, engrais de la croissance

L’azote (N)  participe principalement au développement du feuillage et des parties aériennes des plantes. Si les plantes manquent d’azote, elles sont lentes à se développer, leur feuillage est vert clair ou jaunâtre.

Certains engrais, appelés engrais simples, peuvent ne contenir que de l’azote. Les principales sources de cet élément sont l’urée, le sulfate d’ammoniaque, l’ammonitrate ou le nitrate de chaux. Les engrais qui contiennent majoritairement de l’azote favorisent la croissance des plantes et la production de tissus verts. Ils sont en général recommandés pour les plantes vertes, qui ne produisent pas de fleurs, ou pour les phases de croissance des plantes à fleurs, potagères ou les espèces fruitières.

Le phosphore, stimulateur

Le phosphore et le potassium sont indispensables à la formation des fruits
Le phosphore et le potassium sont indispensables à la formation des fruits.

Le phosphore (P) stimule le développement des racines, la floraison et la fructification. Si les plantes manquent de phosphore, leur feuillage est foncé, rouge ou marqué de taches rouges, la floraison est peu abondante et la maturation des fruits est longue.

Le phosphore est principalement issu du superphosphate simple ou triple. C’est en général l’élément principal de certains engrais destinés à favoriser la reprise des plantes ou des jeunes boutures peu racinées. En dehors de ce cas, le phosphore est rarement utilisé seul ou comme élément majoritaire. Il est plus généralement associé dans des engrais équilibrés (type 20-20-20) ou azotés.

Le potassium pour l’assimilation

Le potassium (K) est utile à la circulation de la sève et à l’assimilation des éléments nutritifs par les plantes. Il améliore leur résistance au gel, aux ravageurs et maladies, la couleur et la qualité gustative des fruits, ainsi que la conservation des légumes racines.

Le potassium est présent de façon importante dans les engrais pour plantes fleuries, ou pour les engrais spécialisés qu’on trouve dans le commerce comme les engrais à rosiers, à géraniums, à agrumes ou pour les arbres fruitiers. Il peut être utilisé en alternance avec un engrais azoté, à l’approche et pendant la période de floraison des plantes ou pour améliorer la fructification ou la production de légumes.

Le rôle des autres éléments

N, P, K… mais encore ? A côté de ces trois éléments essentiels pour la croissance des plantes, de nombreux éléments et oligo-éléments présents sous forme de traces, ont aussi une importance primordiale pour le développement et la santé des végétaux. Quelques éléments de biologie et de biochimie permettent de mieux comprendre leur rôle.

Le magnésium (Mg)

Cet élément est l’un des constituants de la chlorophylle et joue par conséquent un rôle essentiel dans la photosynthèse. Ce rôle métabolique du magnésium est important, mais en général, le sol est suffisamment riche naturellement en cet élément pour combler les besoins des plantes. Le magnésium est classiquement incorporé dans les engrais spécifiques pour les rosiers et de plus en plus souvent pour les légumes (formule NPK+Mg).

Le calcium (Ca)

Là-aussi, les quantités nécessaires de calcium pour assurer les besoins métaboliques des végétaux sont facilement assurés par sa présence naturelle dans le sol. On apporte en général du calcium dans le sol pour améliorer sa structure ou modifier son acidité (pouvoir tampon du calcium).

Le Fer (Fe)

C’est un élément dont la carence a des effets bien connus, qui consistent en un jaunissement de la plante (chlorose ferrique). Cette carence est due à un blocage de l’assimilation du fer dans les sols riches en calcaire actif, avec un pH élevé. On peut corriger ces carences par l’apport de fer chélate. Les plantes qui montrent des chloroses chroniques devraient être cultivées en pot dans les régions où le sol n’est pas adapté.

Le soufre (S)

Le soufre est un constituant important des acides aminés et des protéines, et il joue également un rôle important dans l’assimilation des vitamines par les végétaux. Il est aussi responsable de l’odeur et du goût de certaines plantes ou légumes (ail, oignon, chou). Le soufre est essentiellement assimilé par les végétaux à partir des sulfates. Il est en général peu retenu par les sols et doit être apporté en complément. On le trouve notamment dans les fumiers ou dans les engrais minéraux, sous la forme de sulfate d’ammoniaque, le supersulfate de chaux simple ou le sulfate de potasse (qui apporte également du potassium).

Les autres oligoéléments

Le cuivre, le bore, le zinc, le molybdène ou le manganèse sont également des éléments importants pour les équilibres métaboliques des végétaux. Ces éléments sont nécessaires en très petites quantités, et la plupart du temps, ils sont présents dans le sol ou dans l’eau de façon suffisante pour subvenir aux besoins des plantes.

Pour en savoir plus sur la teneur en oligoéléments de votre sol, une analyse de votre sol est un préalable.

6 commentaires sur “Les éléments nutritifs des plantes

  1. Bonjour
    Article tres bien expliqué
    Je voudrai connaître s’il vous plaît l’importance et les moments de l’apport des acides aminés pour les arbres (pommier)
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.