Galéruque de la viorne


Les galéruques sont des coléoptères pouvant totalement défolier leur plante hôte.

Carte d'identité

Pyrrhalta viburni sur viorne lantane (c) gilles carassès
Pyrrhalta viburni
j f m a m j j a s o n d
feuillage Tous
Toutes les viornes, plus particulièrement Viburnum opulus (boule de neige) et Viburnum tinus (laurier tin).

Les larves et les adultes se nourrissent du feuillage. Ce sont les larves qui vont causer le plus de dégâts en s’attaquant au feuillage et en ne laissant que les nervures. En cas d’attaques répétitives plusieurs années de suite, l’arbuste perd progressivement de sa vigueur jusqu’au dépérissement total.

Défoliation d'une viorne causée par la forme larvaire de Pyrrhalta viburni © Gilles Carcassès
Défoliation d’une viorne causée par la forme larvaire de Pyrrhalta viburni © Gilles Carcassès
Feuille de viorne perforée © Fabre
Feuille de viorne perforée © Fabre

 

Si les galéruques ne sont pas éliminées rapidement, au cours des années suivantes, la viorne peut être complétement défoliée ce qui peut aboutir à la mort de l’arbuste.

Le cycle biologique de la galéruque de la viorne dure 8 à 10 semaines, on ne distingue qu’une seule génération par an.

Les adultes sont des coléoptères de la famille des Chrysomèles, ils mesurent environ 5 mm. Vers la fin de l’été, après accouplement, les femelles pondent leurs œufs dans l’écorce des jeunes rameaux (environ 500 œufs par femelle). Après avoir passé l’hiver, les œufs éclosent au printemps (avril/mai) et libèrent des larves qui consomment les jeunes feuilles. Ces larves sont de couleur jaune recouvertes de taches noires et mesurent environ 10 mm. Les larves, effectuent leur nymphose dans le sol. Les adultes émergent durant le mois de juillet.

 

Pyrrhalta viburni forme larvaire © Fabre
Pyrrhalta viburni forme larvaire © Fabre
Pyrrhalta viburni adultes © Whitney Cranshaw
Pyrrhalta viburni adultes © Whitney Cranshaw

La présence de ce coloéoptère laisse peu de place au doute. Très rapidement, il ne restera sur les feuilles qu’une fine dentelle puis par la suite, seulement les nervures.

Pyrrhalta viburni peut être confondue avec plusieurs espèces de chrysomèles notamment avec la galéruque de l’orme Xanthogaleruca luteola ou la Chrysomèle de l’Ambroisie Ophraella communa. Toutefois, ces deux espèces proches morphologiquement n’attaquent pas la viorne.

Xanthogaleruca luteola forme larvaire © Gilles Carcassès
Xanthogaleruca luteola forme larvaire © Gilles Carcassès
Xanthogaleruca luteola adulte © Gilles Carcassès
Xanthogaleruca luteola adulte © Gilles Carcassès
Ophralella communa adulte © Jocelyn Dubé
Ophralella communa adulte © Jocelyn Dubé
  • Choisir une espèce moins sensible à la galéruque : Viburnum opulus, Viburnum trilobum et Viburnum lantana sont plus sensibles à l’insecte, tandis que Viburnum lentago est considérée comme plus résistante.
  • La taille des extrémités des rameaux en début d’automne (pour ne pas nuire à la floraison l’année suivante) permet d’éliminer une partie des œufs. De plus la taille permet à la viorne de reprendre de la vigueur
  • Ramasser manuellement les larves et les détruire.
  • Installer des bandes collantes à la base du tronc en juin afin d’empêcher les larves d’effectuer leur nymphose dans le sol.
  • Pendant la période de descente des larves, biner ou griffer régulièrement la surface du sol pour exposer les larves aux prédateurs.

Substances soumises à une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM)

  • Insecticides à base de pyréthrine et d’huile de colza dont l’Emploi est Autorisé en Jardin. Attention : ce produit toxique pour les abeilles ne peut être employé qu’à la fin de la période de floraison.

Recherchez les produits autorisés pour l’usage prévu et portant la mention « Emploi Autorisé au Jardin » (EAJ) sur le site e-phy.

Précautions à prendre avant de traiter.