Les chauves-souris


Les chauves-souris sont des petits mammifères volants parfaitement inoffensifs pour l’homme (Loïs, 2017). Souffrant parfois d’une image négative et associées au mythe des vampires, elles rendent pourtant de nombreux services au jardinier. Il en existe 34 espèces en France sur les 1150 espèces décrites dans le monde. Malheureusement leur population a dramatiquement diminué dans l’hexagone ces dernières années (46% entre 2006 et 2014) selon l’observatoire national de la biodiversité.

Carte d'identité

chauve souris
Pipistrelle-bat-close-up
Pipistrelle (© Duncan MacEwan)

Les chauves-souris, munies d’une peau membraneuse qui relie leurs doigts, leurs membres et leur corps, sont les seuls mammifères volants. Elles se posent rarement au sol, s’agrippant la plupart du temps à des aspérités avec leurs griffes, tête à l’envers.

Grâce au phénomène d’écholocation, c’est-à-dire à l’émission et la réception d’ultrasons, elles ont la capacité de se diriger dans l’obscurité tout en évitant les obstacles et en localisant leurs proies.

La Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus) est l’espèce la plus répandue en Europe. Elle est présente partout en France. Elle mesure environ 6 cm de long pour 20-22 cm d’envergure et est très légère (5 g en moyenne).

Les chauves-souris sont des animaux nocturnes qui capturent leurs proies dès le crépuscule : moustiques, papillons de nuit et autres insectes volants font partie de leur menu.

Elles hibernent après l’accouplement dans des abris obscurs à température constante et forte humidité. La fécondation n’a lieu qu’au printemps, lorsque les conditions sont propices, la semence du mâle étant conservée dans le corps de la femelle durant toute la période hivernale. Les femelles mettent bas en groupe dans des fissures, cavités (murs, arbres morts,…) ou combles de bâtiments. Les petits sont élevés jusqu’à la fin août, date à laquelle ces derniers seront capables de se débrouiller seuls. Habituellement, chaque femelle n’élève qu’un seul petit par an.

  • Les chauves-souris souffrent de l’utilisation des insecticides qui réduisent la quantité de nourriture disponible. Evitez donc l’utilisation de pesticides.
  • Offrez-leur des combles obscurs et calmes et laissez quelques fissures à leur disposition. Les chauves-souris trouvent de moins en moins de gîtes, soit parce qu’elles sont mal aimées soit, plus fréquemment, par méconnaissance.
  • Les arbres présentant des cavités constituent des gîtes intéressants pour les chauves souris. Conservez-les autant que possible.
  • Fabriquez des abris à leur intention et mettez-les contre un mur ou un arbre, hors de portée des chats.
  • Réduisez au maximum l’éclairage nocturne du jardin car il fait fuir de nombreuses espèces de chauves-souris.
  • Les haies formant des corridors favorisent le repérage et donc la chasse des chauves-souris la nuit tombée.

Télécharger la fiche technique : Les chauves-souris (pdf).

Bibliographie : 

Cleveland, C.J., Betke, M., Federico, P., Frank, J.D., Hallam, T.G., Horn, J., López, J.D., McCracken, G.F., Medellín, R.A., and Moreno-Valdez, A. (2006). Economic value of the pest control service provided by Brazilian free-tailed bats in south-central Texas. Front. Ecol. Environ. 4, 238–243.

Liens utiles : 

Loïs G., Julien J.-F. & Dewulf L., (2017). Liste rouge régionale des chauves-souris d’Île-de-France. Pantin: Natureparif. 152 p