Tomate – Tuta absoluta


Cette petite mineuse a été repérée dans les jardins amateurs il y a quelques années. Elle creuse des galeries dans l’épaisseur des feuilles de tomates et, en cas de fortes attaques, dans les fruits pouvant causer des pertes de récoltes considérables. Cette mineuse est classée dans la catégorie des ravageurs émergents préoccupants.

Carte d'identité

tuta absoluta adulte
Tuta absoluta
j f m a m j j a s o n d
oeufs, chrysalides ou adultes feuillage, fruits tous
pomme de terre, piments, aubergine, pépino, molènes et autres solanacées, y compris ornementales : datura et brugmansia
Tuta absoluta

Dégât tuta absoluta sur feuilleEn Amérique du Sud, ce lépidoptère est considéré comme l’un des principaux ravageurs de la tomate, pouvant entraîner des pertes de récolte jusqu’à 100 %.

Dégats tuta absoluta sur fruitsLes attaques se manifestent sur les feuilles sous forme de plages blanchâtres qui, observées à la loupe, se révèlent être des galeries (seul l’épiderme de la feuille subsiste, le parenchyme étant consommé par les larves) renfermant chacune une chenille. Ces mines sont souvent arborescentes, avec des ramifications partant de la galerie principale. Avec le temps, les galeries se nécrosent et brunissent.

Les chenilles s’attaquent aux fruits verts comme aux fruits mûrs. Les tomates présentent des nécroses sur le calice ou des trous de sortie à leur surface. Elles sont alors impropres à la consommation.

Perte de récoltes

  • Peu mener à la perte totale des récoltes.

Les papillons mesurent 6-7 mm de long et environ 10 mm d’envergure. Ils sont gris argenté avec des taches noires sur les ailes antérieures. Le cycle biologique dure de 24 à 76 jours selon les conditions climatiques et il peut y avoir jusqu’à 10 ou 12 générations par an. Chaque femelle peut pondre de 40 à plus de 200 œufs, de préférence à la face inférieure des feuilles ou sur les tiges tendres et les sépales des fruits immatures.

Les œufs sont de petite taille (moins de 0,5 mm de long), de forme cylindrique et de couleur crème à jaunâtre.

Les chenilles, au départ de couleur crème, deviennent verdâtres puis rose clair.

Au dernier stade, elles mesurent 7 à 8 mm. Après l’éclosion, les jeunes larves pénètrent dans les feuilles, les tiges ou les fruits, quel que soit le stade de développement du plant de tomate. Les chenilles creusent des galeries dans lesquelles elles se développent. Une fois le développement larvaire achevé, elles se transforment en chrysalides, soit dans les galeries, soit à la surface des plantes hôtes ou dans le sol.

Cet insecte passe l’hiver au stade œuf, chrysalide ou adulte, sur du matériel végétal sec ou en décomposition. Il résiste aux températures basses, y compris négatives.

Les adultes mâles vivent au maximum une semaine et les femelles peuvent vivre deux semaines.

En savoir plus

Cet insecte, originaire d’Amérique du Sud, a été signalé pour la première fois en Europe, en Espagne, en 2006. En 2008, il a été signalé au Maroc, en Algérie et en France (Corse). Depuis, les départements méditerranéens sont concernés et le ravageur envahit progressivement l’ensemble du territoire.

Des auxiliaires (petites punaises) naturellement présents en France, prédateurs ou parasitoïdes, participent au contrôle à ce jour l’invasion de ce ravageur.

Observez attentivement la forme des galeries sur les feuilles et la présence éventuelle de trous dans les fruits de tomate.

Liriomyza bryoniae et Liriomyza trifolii sont des mineuses beaucoup moins préoccupantes. L. Bryoniae se distingue de Tuta absoluta par les galeries, qui sont toujours monocanal, sans ramifications et souvent sinueuses, alors que les galeries causées par L. trifolii sont monocanal et parallèles aux nervures. Elles n’attaquent que les feuilles, jamais les fruits.

Étant donné son mode de vie (à l’intérieur de la feuille) et la fertilité de cet insecte, les interventions seront préférentiellement prophylactiques afin d’éviter l’arrivée du ravageur sur vos cultures.

Favorisez les auxiliaires notamment des punaises prédatrices.

Contrôler les plants que vous achetez à l’achat puis 8-10 jours après, aucune mine ne doit être présente.

Le cas échéant, retirer rapidement les feuilles minées et les brûler.

Si vos tomates ont déjà été attaquées lors des saisons précédentes, en culture sous abri, utilisez des pièges englués jaune pour visualiser l’arrivée des adultes.

Pour les plants déjà infestés, utilisez un produit à base de Bacillus Thuringiensis (BT). La succession rapide des générations ainsi que l’action de la bactérie sur les larves jeunes requiert des traitements fréquents.

Recherchez les produits de biocontrole autorisés pour l’usage prévu et portant la mention “Emploi Autorisé au Jardin” (EAJ) sur le site e-phy.