La révolution des paillages !

Lauréat 2012 du concours Jardiner Autrement, Denis Pépin poursuit ses objectifs de formation et d’éducation du public et des professionnels. Il a souhaité insister une nouvelle fois sur la révolution fondamentale apportée au jardin par les paillages….

 

Pour Denis Pépin,  “un bon paillage peut être obtenu par l’ensemble des déchets de taille, de tonte et de culture y compris les déchets de tailles de haies de thuyas ou de laurier palme !” Ainsi, cette année, Denis Pépin a mené une expérimentation sur tomates avec des paillis à base de thuyas ou d’autres végétaux.

Résultat ? Il n’y a eu aucun effet toxique et aucune différence n’a pu être notée avec les autres paillis! “Pour moi, la seule restriction concerne les feuilles mortes de pommier ou de châtaigniers qui peuvent avoir un effet dépressif en raison notamment de la forte teneur en tanins… Ces derniers peuvent être utilisés à condition d’être pré-compostés”.

Un jardin économe

Pour ce jardinier chevronné, le paillage constitue une véritable révolution, car une fois en route, un jardin n’a plus besoin d’intrants et peut vivre en circuit fermé, en économie circulaire… Pour faire le broyat, il n’est pas besoin d’investir des sommes astronomiques. Denis Pépin n’utilise pas de broyeur mais une simple tondeuse mulcheuse qui broie au sol les jeunes branches tendres et les déchets. Le paillage permet bien entendu surtout un enrichissement du sol et une activité des microorganismes et des vers de terre, avec une forte activité biologique du sol.

Activer les décomposeurs

“Le paillis devra être apporté en surface, et il ne devra pas être trop humide (tontes) pour éviter la montée en température, explique Denis Pépin. La décomposition a lieu dans les premiers centimètres du sol”. Une autre erreur très fréquente des jardiniers est d’enfouir les engrais organiques à des niveaux dans le sol où ils ne sont pas assimilés. La richesse en matière organique dans le sous-sol entraîne l’apparition de taupins, vers blancs…

Les auxiliaires

Excepté ces quelques restrictions, l’utilisation des paillis ne présente que des avantages. Les auxiliaires sont ainsi nourris par les pollens en été et protégés dans les paillis en hiver… Dans tous les cas, Denis est le chantre d’un jardinage novateur, qui non seulement simplifie le jardin et surtout permet une meilleure croissance des plantes…

En savoir plus
Denis Pépin est aussi l’auteur de “Composts et paillis” un livre très complet sur ce thème publié aux éditions Terre Vivante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.