Les blattes de jardin


Cafards et cancrelats, ces blattes parfois pullulent dans les cuisines des habitations. Cet insecte de l’ordre des blattoptères (Blattodea), jouit d’une très mauvaise réputation car il est souvent associé aux milieux sales. Or parmi les quelques 4500 espèces recensées dans le monde, moins de 1% interagissent avec l’humain et peuvent être considérées comme indésirables. Parmi les espèces nuisibles on trouve : la blatte germanique (Blattella germanica), la blatte américaine (Periplaneta americana), la blatte orientale (Blatta orientalis) et la blatte à bande brune (Supella longipalpa). En France, environ une vingtaine d’espèces de blattes, presque toutes du genre Ectobius sont d’utiles auxiliaires des jardiniers. On peut citer la blatte sylvestre (Ectobius sylvestris) par exemple. En forêt comme au jardin les blattes sont d’importants décomposeurs de matières organiques.

auxiliaires du jardin, agroécologie,
a) Blatte de jardin du genre Ectobius et son oothèque (© Gilles Carcassès), b) Ectobius sylvestris (© C.Fortune), c) Supella longipalpa adulte (© Gary Alpert, Harvard University, Bugwood.org), d) Blattella germanica adulte (© Clemson University – USDA Cooperative Extension Slide Series, Bugwood.org ), e) Œufs de Supella longipalpa (© Gary Alpert, Harvard University, Bugwood.org).

Carte d'identité

auxiliaire, jardin, blatte, agroécologie

Les blattes sont des insectes de forme ovale, plats et assez grands. Leur taille peut varier de quelques millimètres à 10 centimètres. Leur coloration peut varier du jaune au noir en passant par le brun. Leur tête supporte de longues et fines antennes. Leurs pièces buccale est de type broyeur. Les blattes ont six longues pattes épineuses. Bien que parfois réduites ou absentes, les deux paires d’ailes de ces insectes leur permettent de s’envoler rapidement.

La majorité des blattes sont lucifuges, elles fuient la lumière, cependant certaines blattes des jardins pourront être aperçues en plein jour.
Les blattes passent par trois étapes lors de leur cycle de vie : l’œuf, la nymphe et l’adulte. Certaines espèces conservent leurs œufs dans une oothèque pouvant contenir de 12 à 25 œufs. Les espèces dites nuisibles comme la blatte germanique peuvent engendrer jusqu’à 300 œufs pendant un cycle de vie. Les œufs sont soit portés par la femelle jusqu’à l’émergence soit déposés dans une crevasse. La larve qui en résulte est très similaire à l’adulte bien que plus petite. Il lui faudra parfois plus d’un an pour devenir adulte.
Dans la nature, les blattes vivent dans la litière. Elles affectionnent la végétation morte, les écorces, les pierres et les mousses. On peut trouver des amas de blattes dans les fissures, dans les hautes herbes, sous l’écorce des arbres ou encore dans les arbres. Les blattes affectionnent les habitats humides et chauds qui leur servent d’abris pendant le jour.
La grande majorité des espèces de blattes sont omnivores c’est-à-dire qu’elles s’attaquent à toutes les denrées alimentaires. Les blattes ont une tendance à préférer les aliments humides et sucrés. Certaines espèces sont xylophages, d’autres se nourrissent d’excréments, de papier, de cuir. Les blattes des jardins sont des auxiliaires importants car elles entrent dans le processus de dégradation de la matière organique.
Dans la longue liste des prédateurs des blattes on trouve : des serpents, des batraciens, des oiseaux ainsi que certaines guêpes parasitoïdes ou bien encore des myriapodes comme : Scutigera coleoptara.

  • N’utilisez pas de produits phytosanitaires dans votre jardin.
  • Les blattes isolées et aperçues de jour dans la maison sont des blattes des jardins donc à repousser vers l’extérieur.
  • Plantez des haies composites et des buissons qui leur serviront d’habitats.
  • Laissez des tas de bois ou de pierres pour qu’elles y passent les heures chaudes de la journée.
  • Couvrez le sol avec un paillage.

LIENS UTILES

Carte de répartition d’Ectobius sylvestris par le Muséum National d’Histoire Naturelle

Le site d’un entomologiste passionné Alain Ramel.

BIBLIOGRAPHIE

Les blattes par Alain Fraval, une fiche technique publiée par l’INRA (2014).